COVID-19 : les clubs sportifs respectent les consignes

Photo de Sandro Célant
Par Sandro Célant
COVID-19 : les clubs sportifs respectent les consignes
Martin Gagné est le président de l’Association de hockey mineur de Baie-Comeau.

Confinés à mettre un terme abruptement à leur saison d’activités, les clubs et associations sportives de Baie-Comeau n’ont pas le choix et respectent les consignes imposées pour prévenir et contrer le coronavirus COVID-19.

Les récents développements dans ce dossier majeur de la santé n’ont pas juste chamboulé le milieu du sport, mais la population en général, qui tente de composer du mieux possible avec la situation.

Sur le plan sportif, la décision de tout interrompre est acceptée. « Pour œuvrer de près avec le monde médical, je suis bien placé pour connaître l’ampleur du fléau et il fallait agir rapidement pour prévenir le plus possible le risque de propagation », a commenté Martin Gagné, président de l’Association de hockey mineur de Baie-Comeau.

Hockey Québec n’a pas mis de temps à annuler le reste du calendrier 2019-2020. « C’est sûr que c’est dommage pour les joueurs. D’un autre côté, la saison était presque terminée. Il ne restait que les championnats. Il n’y avait aucune chance à prendre pour protéger nos jeunes », a résumé le porte-parole.

Gymnastique

Entraîneuse-chef du club de gymnastique de Baie-Comeau, Marie-Andrée Bérubé reconnaît également que la situation n’est pas évidente pour personne, mais qu’il n’y pas grand-chose à faire.
« Nous avions vu venir le coup, car nous étions supposés être en épreuve de sélection à Montmagny quand la Fédération québécoise nous a avisés de l’arrêt des activités, qui sont officiellement annulées jusqu’au 5 avril », a expliqué la responsable.

De son côté, la Ville de Baie-Comeau a fermé les portes de ses établissements pour deux semaines. « On va suivre les consignes et voir pour la suite des choses. Une réunion est prévue, la semaine prochaine, afin d’évaluer toutes les options. »

Avec le calendrier des compétitions chambardé, une reprise possible des activités au début du mois d’avril pourrait aussi compromettre la tenue du traditionnel gala annuel.

« Cela ne donnerait pas beaucoup de temps pour tout préparer. De toute façon, nous ne sommes pas encore là. Pour l’instant, on se tient au courant au jour le jour », a conclu l’enseignante, qui bénéficie d’un congé forcé.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des