La Côte-Nord, territoire interdit aux non-résidents

Par Steeve Paradis 8:30 AM - 01 avril 2020
Temps de lecture :

Depuis samedi 16 h, la Côte-Nord et sept autres régions du Québec vivent en milieu clos, ou presque. Les autorités de la santé publique ont décidé de contrôler l’accès à ces territoires afin de diminuer le risque de propagation de la COVID-19 et protéger les populations « plus vulnérables » qui y vivent.

« C’était une décision qui devait se prendre par les autorités de la santé publique », a déclaré l’un des deux médecins-conseil en santé publique sur la Côte-Nord, le docteur Stéphane Trépanier, quelques heures avant le début de ce contrôle samedi.

« Le but est de protéger la population. La moyenne d’âge sur la Côte-Nord est trois ans plus élevée qu’ailleurs au Québec et on retrouve beaucoup de cas de maladies chroniques ici, comme le diabète et le MPOC. Toutefois, le nombre de cas demeure relativement peu élevé, ce qui montre qu’on maîtrise encore bien la situation », a-t-il ajouté.

Avec ces points de contrôle, prévus jusqu’au 13 avril, l’entrée sera limitée aux résidents de la Côte-Nord, aux produits et services essentiels comme la nourriture, aux travailleurs essentiels et aux causes humanitaires d’urgence.

Localisation

On retrouve ces points de contrôle, sous l’autorité des policiers de la Sûreté du Québec, du côté de Baie-Sainte-Catherine, à l’entrée du traversier, sur la route 172, aux aéroports de Baie-Comeau et Sept-Îles, entre Moisie et Rivière-au-Tonnerre, au traversier reliant Blanc-Sablon à Terre-Neuve et à deux autres endroits en Basse-Côte-Nord. Un contrôle est aussi exercé aux quais de Baie-Comeau et de Godbout, là où accoste le F.-A.-Gauthier.

Outre la Côte-Nord, voici les autres régions dont l’accès est contrôlé en vertu d’une décision de la santé publique :
– Le Bas-Saint-Laurent
– La Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine
– Le Saguenay-Lac-Saint-Jean
– L’Abitibi-Témiscamingue
– Le Nord-du-Québec
– Le Nunavik
– Le territoire cri de la Baie-James

Le maire de Baie-Comeau, Yves Montigny est l’un de ceux qui sont parfaitement en accord avec la décision du gouvernement québécois de contrôler l’accès à plusieurs régions.

« On voulait s’assurer que les gens des grands centres qui se dirigent vers les régions éloignées parce qu’il y a moins de densité de population en pensant qu’ils auraient moins de chances d’être infectés ne puissent plus le faire, a-t-il lancé. On ne voulait pas que ça fasse augmenter les risques de propagation ici. »

Le maire a estimé que comme les cas se sont déclarés sur la Côte-Nord un peu plus tard qu’ailleurs au Québec, les gens de la région « sont un peu moins inconscients » des risques et que pour la grande majorité d’entre eux, « ils saisissent l’urgence de la situation ».

En tout cas, en étant isolés de la sorte, les Nord-Côtiers ont maintenant tout le loisir de réfléchir sur l’importance de respecter les règles d’hygiène et de « distanciation sociale ».

Partager cet article