Joël Perrault s’amène dans le circuit midget AAA

Photo de Steeve Paradis
Par Steeve Paradis
Joël Perrault s’amène dans le circuit midget AAA
Joël Perrault, ici alors qu’il jouait en Suisse, est le nouveau pilote des Vikings de Saint-Eustache dans le circuit midget AAA. Photo Peter Eggimann

On retrouvera un ex-joueur du Drakkar de Baie-Comeau derrière le banc d’une équipe de la Ligue midget AAA la saison prochaine. En effet, Joël Perrault a été désigné nouvel entraîneur-chef des Vikings de Saint-Eustache.

Depuis sa retraite du hockey professionnel en 2016, après avoir goûté aux joies d’un championnat à Rouen, en France, Perrault gravite dans le monde du hockey mineur avec l’Académie de hockey des pros, qu’il a co-fondé avec un autre ex de la LHJMQ et du hockey européen, Danny Groulx. « L’académie a grossi assez rapidement, et ça occupe maintenant pas mal à temps plein », a confié Perrault en entrevue avec Le Manic.

En 2016-2017, sa première saison sans jouer, l’attaquant a dirigé les Dynamiques du Collège Charles-Lemoyne bantam AAA. À partir de l’année suivante, son académie a pris sous son aile tout le développement hockey des joueurs de Charles-Lemoyne, du pee-wee AAA Relève jusqu’au midget Espoir, que Perrault dirigeait.

Ce dernier a donc dû sortir de la structure du Collège Charles-Lemoyne pour progresser à un autre niveau. Comme bien d’autres, il a dû revoir ses plans quand le coronavirus a frappé.

« La pandémie a comme mis fin à notre association avec Charles-Lemoyne et j’ai commencé à regarder pour un poste dans le midget AAA. J’ai présenté ma candidature à un endroit et ça n’a pas fonctionné, mais le poste avec les Vikings s’est ensuite libéré et je l’ai obtenu », a expliqué le seul champion marqueur de la LHJMQ de l’histoire du Drakkar (116 points en 2002-03).

Bagage d’expérience

Joël Perrault estime qu’il sera en mesure d’aider au développement des jeunes des Vikings avec son bagage de hockey. « J’ai aussi une expérience professionnelle de hauts et de bas depuis que j’ai leur âge, ça va pouvoir les guider dans leur développement », ajoute le résident de Chambly.

Quant à une éventuelle carrière d’entraîneur à un niveau plus élevé, Perrault ne ferme pas la porte, mais il souhaite y aller pas à pas afin d’accumuler le plus d’expérience possible.

« Honnêtement, je ne suis pas pressé. J’avais eu des offres pour aller dans le junior majeur après ma retraite, mais je n’ai pas brûlé d’étapes dans ma carrière de joueur. Je veux faire la même chose avec celle d’entraîneur », soutient le père d’une fille qui aura quatre ans en juillet.

« Au fil des ans, j’en ai profité pour suivre beaucoup de formations avec Hockey Québec et Hockey Canada. Si ça prend cinq ans pour monter à un autre niveau, ça prendra cinq ans. Si c’est deux ans, ce sera deux ans », philosophe-t-il.

En toute humilité, Joël Perrault a confié qu’il n’avait pas mis les pieds à Baie-Comeau depuis 2008, l’année où il avait accepté la présidence d’honneur du tournoi de golf du Drakkar. Il assure toutefois en conclusion qu’il a bien l’intention de faire découvrir un jour la Côte-Nord à son épouse, native de Vancouver.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des