COVID-19 : la Ville accorde un prêt exceptionnel de 600 000 $ au Drakkar

Photo de Steeve Paradis
Par Steeve Paradis
COVID-19 : la Ville accorde un prêt exceptionnel de 600 000 $ au Drakkar
Pour le maire Yves Montigny, le prêt de 600 000 $ accordé au Drakkar est nécessaire, dans un contexte où l’équipe n’est pas en mesure de générer des revenus.

Lors d’une séance extraordinaire du conseil municipal qui n’a pas été convoquée à l’avance, les élus de Baie-Comeau ont accordé lundi soir un prêt exceptionnel de 600 000 $ au Drakkar, son club de hockey junior majeur. Trois conseillers se sont toutefois dissociés de cette décision.

Ce prêt, qui devra être remboursé par l’équipe d’ici la fin de la saison 2020-2021, est nécessaire afin que l’équipe puisse remplir ses obligations. En effet, il faut rappeler que la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) a décidé de reprendre ses activités, mais sans spectateurs dans les gradins en raison de la pandémie de coronavirus.

Les équipes seront donc privées de leurs recettes aux guichets, sans oublier les restaurants, bars, boutiques de souvenirs et autres, qui eux aussi ne généreront pas de revenus en 2020-2021.

Le prêt a été autorisé au terme d’une séance du conseil qui n’avait pas été convoquée. Les huit conseillers ont tous renoncé à l’avis de convocation afin de procéder sur-le-champ, comme le permet la Loi sur les cités et villes.

« C’est une situation qui nous demandait de donner un soutien financier à l’équipe maintenant », a lancé le maire Yves Montigny pour expliquer l’urgence de la situation. « Si aujourd’hui on ne soutient pas le Drakkar, il ne pourra pas continuer », a-t-il ajouté en faisant valoir que le portrait est le même pour les autres clubs de la LHJMQ, même s’ils sont de propriété privée et non publique pour le Drakkar.

Ces 600 000 $ s’ajoutent au montant d’environ 325 000 $ que la Ville donne à chaque année au Drakkar comme subvention aux opérations du club. Le maire a assuré que ce prêt devra être remboursé jusqu’au dernier sou et qu’il n’a aucun impact sur les finances municipales. « Ça n’a pas d’impact sur notre budget et sur les citoyens », a-t-il indiqué.

Aide gouvernementale ou non?

Selon M. Montigny, Québec viendra en aide aux clubs québécois de la LHJMQ, même si le gouvernement ne s’est pas encore commis sur cette question. La ligue et le gouvernement sont présentement en discussion dans ce dossier.

« Je suis convaincu qu’il y aura une offre gouvernementale. C’est impossible qu’il n’y ait pas de soutien du gouvernement, parce qu’il n’y a aucun revenu possible pour les équipes », a-t-il affirmé en ajoutant que « dans la situation actuelle, ce n’est pas le temps de se rouler en boule et d’attendre que ça passe. Il faut être proactif ».

Les conseillers Alain Charest, Réjean Girard et Martine Salomon ont exprimé leur dissidence lors du vote. Pour M. Charest, l’aide gouvernementale espérée « est très hypothétique ». Il dit aussi craindre que le club ne puisse rencontrer ses obligations financières.

Quant à Mme Salomon, elle se dit incapable d’acquiescer à un prêt de 600 000 $ à un club de hockey « alors que des citoyens ont de la misère, qu’il y a du monde qui ne travaille pas, qu’il y a des gens qui vont peut-être perdre leur emploi et qu’il y a peut-être des entreprises qui vont fermer ».

Cinq conseillers en faveur

Les conseillers Alain Chouinard, Sylvain Girard, Onil Lévesque, Mario Quinn et Viviane Richard ont toutefois voté en faveur du prêt, ainsi accordé à la majorité. Mme Richard a fait valoir « que ce n’est pas le temps de mettre la clé dans la porte du Drakkar », puisque le club est en plein processus de révision de sa gouvernance.

Rappelons en effet qu’en plus de la crise du COVID, le Drakkar se trouve présentement à un moment-clé de son existence avec la réforme de sa gouvernance, voulue plus transparente et plus ouverte au simple partisan. D’ailleurs, selon le maire, plus de 25 candidatures ont été récoltées dans le public afin de remplir un des deux postes qui leur seront dévolus dans le prochain conseil d’administration.

C’est d’ailleurs pour montrer son soutien à l’équipe qu’Yves Montigny a voté en faveur de la résolution accordant le prêt, même s’il n’avait pas à le faire. « Je voulais voter car le Drakkar me tient à cœur. C’est un joyau pour la communauté », a-t-il conclu.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des