Un employé fier et un dessinateur talenteux

Par Charlotte Paquet 10:00 AM - 07 octobre 2020
Temps de lecture :

Gabriel Desjardins possède un immense talent en dessin. Ses cahiers sont remplis d’œuvres avec moult détails.

Gabriel Desjardins est un homme heureux dans son milieu de travail et fier d’avoir un emploi qui lui permet de gagner sa vie. « C’est valorisant », admet celui pour qui, assurément, la valorisation passe aussi par l’immense talent qu’il possède en dessin et, depuis peu, en peinture.

Depuis son arrivée chez Autobus Manic, le jeune homme a appris beaucoup, ce qui lui a permis de gagner énormément de confiance en lui. « C’est sûr que je suis plus sûr de moi aujourd’hui parce que là, j’ai 25 ans », répond-il tout bonnement en disant se souvenir de l’immense gêne qu’il éprouvait à l’époque de ses stages.

Même s’il affirme aujourd’hui que les études, c’est important, il ne manque pas de préciser qu’à 16 ans, il trouvait « ça plate ». Ce qu’il ne trouve pas plate cependant, c’est le dessin. Et ses cahiers le suivent même au travail.

Un talent inouï

Gabriel Desjardins a un talent inouï. Avec ses fusains, il crée plusieurs personnages inspirés des mangas, ces bandes dessinées japonaises, mais aussi des animaux et des paysages. Les multiples détails de ses œuvres sont surprenants.

On dit d’ailleurs des personnes vivant avec un trouble du spectre de l’autisme que leur sens du détail, l’une de leurs caractéristiques, peuvent les prédisposer à posséder un talent particulier. Dans le cas de Gabriel, ça se confirme.

« Ça, ça représente un manga », mentionne-t-il en tournant les pages de ses œuvres devant la représentante du Manic. « Ça, c’est Méduse », poursuit-il, en lui expliquant qu’il s’agit d’un personnage dans la mythologie grecque. L’œuvre est vraiment magnifique.
S’il dessine depuis son tout jeune âge, il a cependant pris une pause il y a quelques années, mais pour mieux revenir.

Lorsqu’il a été embauché par Autobus Manic, le jeune artiste était gêné de montrer ses réalisations. Il se cachait pratiquement pour dessiner pendant l’heure du dîner. Aujourd’hui, il est fier de ses œuvres.

Depuis le printemps dernier, il a ajouté une corde à son arc avec la peinture. À l’occasion, il crée même sur demande. Un fournisseur de l’entreprise lui a demandé un tableau avec un orignal. Gabriel a représenté le cervidé devant une immense lune et un jeu d’ombres. De toute beauté!

Son patron, Mario Gallant, s’est aussi fait offrir un tableau, qu’il a accroché à un mur de son bureau.

Partager cet article