Pessamit somme Québec de protéger le caribou forestier

Par Colombe Jourdain 2:49 PM - 04 mars 2022
Temps de lecture :

Le Conseil des Innus de Pessamit accuse le gouvernement provincial de ne pas en faire assez dans le dossier de la protection du caribou forestier.

Le Conseil des Innus de Pessamit dénonce l’inaction du gouvernement provincial dans le dossier de la protection des caribous forestiers.

Pour la nation innue de Pessamit, le caribou « est d’une importance fondamentale. Son déclin engendre des pertes culturelles inestimables qui menacent directement notre identité », indique le communiqué du Conseil, qui n’écarte pas la possibilité d’aller devant les tribunaux afin « d’éviter de subir un préjudice irréparable avec le déclin de l’espèce », souligne le Chef du conseil, Jean-Marie Vollant.

Le Conseil des Innus de Pessamit reproche au gouvernement du Québec de ne pas respecter ses engagements dans ce dossier. L’habitat du caribou est perturbé par les coupes forestières autorisées par le provincial.

« En refusant de s’asseoir avec nous afin de discuter de la mise en place de solutions efficaces, le gouvernement nuit consciemment au maintien du lien fondamental qui nous unit à Atiku, le caribou, depuis des temps immémoriaux », expose le Vice-chef du Conseil des Innus de Pessamit, Jérôme Bacon St-Onge.

Même si le gouvernement a déterminé en 2020 que la population de caribous du Pipmuakan est dans un état précaire, il n’empêche aucunement la poursuite d’activités forestières dommageables pour la harde du Pipmuakan. Les Innus voudraient éviter une détérioration telle que la situation devienne aussi désastreuse qu’en Abitibi, dans Charlevoix ou en Gaspésie.

La conseillère en gestion intégrée des ressources forestières pour le Conseil des Innus de Pessamit, Marie-Hélène Rousseau, indique « avoir les solutions pour agir maintenant ». Malgré leurs discussions avec le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, le dossier semble pourtant au point mort.

À l’automne 2020, le Conseil proposait au gouvernement provincial un projet d’aire protégée Pipmuakan « visant à protéger l’habitat du caribou et le patrimoine culturel innu ». Le vice-chef réitère que « si le gouvernement voulait démontrer sa bonne foi dans le dossier du caribou et éviter un autre recours juridique, il agirait maintenant en appliquant des mesures de protection dans les secteurs identifiés au Pipmuakan ».

Les demandes des Innus de Pessamit sont également appuyées par les communautés d’Essipit et de Mashteuiatsh.

Partager cet article