Stéphane Moreau flotte sur un nuage country

Par Charlotte Paquet 6:00 AM - 01 mai 2022
Temps de lecture :

Originaire de Pointe-Lebel et résident de la Rive-Sud de Québec, Stéphane Moreau vient tout juste de sortir son premier album professionnel. Sa musique tourne dans une centaine de radios au Québec et dans d’autres pays de la francophonie. Photos courtoisie

Stéphane Moreau poursuit sa route sur la scène de la musique country au Québec avec bonheur et émerveillement. Le lancement de son premier album professionnel, un album éponyme, marque une étape importante pour lui.

Il n’y a pas à dire, le petit gars de Pointe-Lebel donne l’impression de se sentir comme un poisson dans l’eau ces années-ci dans l’industrie musicale, après plusieurs années à faire lentement son petit bonhomme de chemin.

« Il ne m’arrive que du beau depuis deux ans. Les radios (country) embarquent. Les gens en redemandent », confie au bout du fil l’auteur-compositeur-interprète qui habite aujourd’hui sur la Rive-Sud de Québec.

Dix des 13 pièces de l’album éponyme, dont on aperçoit la pochette, sont des compositions de Stéphane Moreau.

L’album à son nom est sur le marché depuis le 21 avril. Il contient 13 pièces, dont trois faisaient partie de son EP de cinq chansons lancées à la fin de 2020. Il s’agit de Danse et Dans mon salon, deux de ses compositions, et Honky Tonk.
Stéphane Moreau signe huit autres pièces, tandis que deux lui ont été offertes par son ami Mathis Bouffard.

Ses inspirations

Ses compositions, souligne-t-il, s’inspirent beaucoup de son quotidien, mais il affectionne aussi se mettre dans la peau de quelqu’un d’autre en s’imaginant des scénarios. « J’appelle ça des chansons laboratoires. »

À titre d’exemple, pour écrire Sers-moi à boire, Stéphane Moreau raconte avoir plongé dans ses souvenirs d’enfance en s’inspirant du débit de boisson qui se trouvait dans son village à l’époque, le Flash bar. Avec On chauffera l’autobus demain, sorti en mars, ce sont des expériences vécues en spectacle qui l’ont influencé.

L’artiste travaille avec Productions Gébé pour sa promotion radio. Ses chansons tournent ainsi dans une centaine de radios non seulement au Québec, mais aussi dans quelques pays de la francophonie. Selon lui, cela prouve que « notre musique country au Québec a la capacité de voyager bien au-delà de ce qu’on peut croire. »

L’égo timide

Pour donner vie à son nouveau-né, le Lebelois d’origine, qui travaille comme facteur le jour, indique s’être entouré d’une équipe formidable de musiciens. « Là, je me suis gâté. Ça fait du bien à l’artiste caché au fond de moi », fait-il remarquer avec un clin d’œil à Six heures moins quart, pièce écrite par Paul Daraîche.

Stéphane Moreau l’avoue : il a l’égo timide. Il peine à réaliser tout ce qui lui arrive de beau. « Je ne trouve pas facile de me dire auteur-compositeur-interprète. C’est-tu prétentieux de dire que ça marche? De dire que ça fonctionne bien mes affaires? Non, ça marche, mais j’ai l’égo timide. »

L’album Stéphane Moreau est disponible actuellement en format numérique, mais aussi sur les plateformes de musique en continu. D’ici la fin mai, les gens pourront l’acheter en format physique.

Les fans pourront le voir en spectacle ici et là au Québec dans les prochains mois, notamment à Jonquière à la mi-mai et à Sainte-Claire pour la Fête nationale. En août, un spectacle est aussi prévu à Pointe-Lebel dans une cour privée où une centaine de personnes pourront être accueillies, en bonne partie des membres de sa famille et des amis de la Manicouagan.

L’artiste prépare aussi un spectacle en formule salles et cabarets pour la fin de 2022. Il sera offert aux diffuseurs en 2023.

Partager cet article