Projet de désignation de réserve de biodiversité d’Anticosti: le BAPE questionne la structure de gouvernance

Par Émélie Bernier 2:54 PM - 03 octobre 2022 Initiative de journalisme local
Temps de lecture :

Photo : SEPAQ

Le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement du Québec a rendu public son Rapport d’enquête et de consultation ciblée sur le Projet de désignation de réserve de biodiversité d’Anticosti, un préalable pour une éventuelle désignation au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Les avis de la commission d’enquête présidée par Marie-Hélène Gauthier concernent notamment le modèle de gouvernance.

La commission estime que la structure de gouvernance doit être simplifiée et adaptée à la capacité du milieu d’accueil. «La structure de gouvernance permanente proposée est complexe et requerrait la mobilisation de plusieurs entités, soit une société de gestion sous la forme d’un organisme sans but lucratif, d’un conseil de gestion et d’une autre société constituée en fondation. Chacune de ces entités aurait une autonomie de gestion et de décision et pourrait être sujette à des différends dans le cadre de la gestion de ses mandats respectifs», peut-on lire dans la conclusion du rapport. La mission et les mandats de chacune des entités de cette gouvernance doit être précisée, et, au mieux,  simplifiée. La pertinence de la mise en place d’une fondation est également remise en doute.

« Les membres de l’équipe de gestion permanente devraient exercer leurs fonctions à partir de l’île d’Anticosti », précise-t-on.

Les répercussions de la création du site du patrimoine mondial et de la réserve de biodiversité d’Anticosti devront être analysées, pour s’assurer de la capacité de l’île et de sa communauté à les supporter.

Le rapport conclut également que « le processus de délimitation de la réserve de biodiversité d’Anticosti mené par le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques tient compte des objectifs de conservation de la géodiversité et de la biodiversité de l’île, de l’érosion côtière susceptible d’en modifier les limites, des activités pratiquées et de la tenure des terres ainsi que des propositions soumises par les participants lors de la consultation publique ».

Durant le processus de consultation, trois séances publiques ont été organisées et huit mémoires ont été déposés.

Rappelons que le projet de désignation de la réserve de biodiversité d’Anticosti est une étape essentielle de la candidature de l’île d’Anticosti au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Partager cet article