La CCM critique, la RGMRM se défend

Par 12:00 AM - 23 janvier 2013
Temps de lecture :

Baie-Comeau – Des représentants de la Chambre de commerce de Manicouagan (CCM) ont rencontré la direction et le conseil d’administration de la Régie de gestion des matières résiduelles Manicouagan (RGMRM), lundi, après que les deux organisations aient proféré des critiques l’une envers l’autre.  

Marlène Joseph-Blais

La semaine dernière, la CCM, par la voix de son président, Michel Truchon, a questionné trois décisions prises par la RGMRM, soit l’embauche du conjoint de la mairesse de Baie-Comeau et présidente de la Régie, Christine Brisson, le possible abandon de l’utilisation de la firme Groupe-conseil TDA dans les travaux de construction d’un de ses bâtiments ainsi que l’achat d’un mobilier de cuisine et d’électroménagers auprès de l’entreprise suédoise IKEA.

Dans un communiqué envoyé le 16 janvier, la CCM a déploré ces gestes, allant jusqu’à rappeler aux élus des huit municipalités membres de la RGMRM, qui siègent tous sur son conseil d’administration, qu’en novembre, les citoyens auront à décider de leur avenir au moment des élections. «Il faut donc se demander si la régie n’est pas en train d’enfouir la région sous des décisions émotives plutôt que réfléchies. […] Maires et mairesses, nous en appelons à votre conscience de ce qu’est un développement régional et de l’obligation d’une gestion saine et prudente du milieu municipal», peut-on lire dans la publication.

La RGMRM réagit

Réunis en point de presse lundi, le conseil d’administration et la directrice générale de la RGMRM, Nathalie Fournier, ont dit avoir rencontré deux représentants de la CCM pour mettre les choses au clair. «Nous avons convenu de nous assurer de bien communiquer avant d’émettre des positions hâtives», a mentionné Christine Brisson. Au sujet de l’aménagement d’une cuisine dans ses nouveaux locaux, l’organisation a annoncé qu’un nouvel appel d’offres aurait lieu et que, à valeur égale, l’achat local allait être priorisé.

Les élus ont aussi tenu à rectifier des faits qui ont été véhiculés par certains médias au cours des derniers jours. «Le projet initial prévoyait 12 M$ pour les trois phases et il n’y a aucun signe de dépassement de coûts pour l’instant», a précisé la présidente. Concernant l’embauche du conjoint de Mme Brisson à un poste temporaire, et ce, avant qu’un appel de candidature soit publié, le vice-président de la Régie et maire de Pointe-Lebel, Ghislain Beaudin, estime qu’il aurait été impensable de se passer d’un employé compétent parce qu’il y a apparence de conflit d’intérêt. «On savait qu’on se ferait ramasser par les médias et des citoyens, mais à un moment donné, il faut prendre les bonnes décisions quand c’est le temps», a-t-il lancé.

Par ailleurs, la Régie a déploré la façon dont la CCM a semblé s’inviter dans la prochaine élection municipale. «La Chambre n’est pas là pour faire de la politique, ni pour faire mousser une élection», a noté la mairesse. À cet effet, Michel Truchon assure n’avoir aucune ambition pour la mairie. Il a émis un nouveau communiqué, lundi, rappelant que l’objectif de la Chambre est de favoriser le développement régional de manière cohérente.

Devant les représentants des médias, le maire de Baie-Trinité, Denis Lejeune, a questionné la façon par laquelle des opinions ont été divulguées sans que la Régie, membre de la CCM, soit avisée. «Une chambre de commerce qui agit de la sorte, sans consulter ses membres, c’est inacceptable», a-t-il évoqué. Loin de partager cet avis, M. Truchon affirme avoir pris position dans l’intérêt des 350 membres de la CCM. «Et si on se demandait si le maire consulte tous les citoyens avant de prendre position sur un sujet», a-t-il illustré.

Contrat de TDA

À propos du contrat de 454 000 $ sur lequel travaille le Groupe-conseil TDA, il semblerait que des pourparlers soient toujours en cours entre la RGMRM et la firme. Mme Brisson a insisté pour dire que cette histoire ne se règlerait pas sur la place publique, mais qu’elle est confiante que les deux parties en arrivent à une entente. En entrevue, Ghislain Beaudin a suggéré que les deux organisations seraient en accord pour mettre un terme au contrat. «Ça n’a pas été comme on aurait voulu. On voudrait mettre un frein à notre association. Au point de vue du suivi, on pensait qu’on méritait un meilleur sort», a-t-il avancé. Le président et directeur général chez TDA, Jacques Parent, n’a souhaité émettre aucun commentaire.

 

Photo : La présidente du conseil d'administration de la RGMRM et mairesse de Baie-Comeau, Christine Brisson, a fait le point sur les récentes prises de décisions qui ont été critiquées par la CCM, lors d'un point de presse donné en compagnie de la directrice générale de l'organisation, Nathalie Fournier, et de tous les membres du conseil d'administration.

Partager cet article