En levée de rideau, le Drakkar fera face au Phoenix

Par 12:00 AM - 19 mars 2013
Temps de lecture :

Baie-Comeau – La première ronde des séries éliminatoires de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) se mettra en branle ce vendredi pour le Drakkar, alors qu'il recevra la visite du Phoenix de Sherbrooke pour les deux premières rencontres de cette série huitième de finale.

Éric Poirier

«Il y a les Mooseheads d’Halifax et, par la suite, il y a 15 autres formations qui devront se battre dans les prochaines semaines», dictait l’entraîneur-chef Éric Veilleux, au terme de la dernière victoire des siens face aux Voltigeurs de Drummondville samedi. Cette phrase explique bien ce qui se passera dans les prochaines séries éliminatoires dans la LHJMQ. Bien malin celui qui sera en mesure de prédire qui s’affrontera en finale pour l’obtention de la Coupe du Président. Bien sûr, les Mooseheads d’Halifax sont peut-être dans une classe à part, eux qui viennent d’aligner 17 rencontres sans revers en temps régulier. Pour les autres séries, tout peu arriver et ce, même si parfois l’écart de points lors de la saison régulière se montre très grande entre deux formations.

Pour ce qui est du Drakkar, sa deuxième position au classement général du circuit Courteau, acquise à la 68e rencontre du calendrier régulier, fait en sorte qu’il affrontera la jeune équipe du Phoenix de Sherbrooke. Cette toute nouvelle franchise de la LHJMQ en a surpris plus d’un cette saison, alors que peu d’observateurs auraient été en mesure de voir le Phoenix faire parties de la danse printanière au mois de septembre. Cette saison, la concession sherbrookoise a présenté le 15e meilleur dossier, avec une récolte totale de 21 victoires, 38 revers, trois autres en prolongation et six en fusillade. C’est bien, pour un club qui n’avait qu’un seul gain à ses dix premiers matchs.

De l’autre côté, le Drakkar, qui a eu beaucoup de succès tout au long de la saison, affiche le deuxième meilleur bilan de la ligue, avec 44 victoires, 19 défaites, deux revers en prolongation et trois autres en situation de fusillade. Ce duel de première ronde semble tout à fait inégal à première vue, mais les Sherbrookois ont donné la vie dure au Baie-Comois cette saison. Lors des quatre duels, trois ont été remportés par la marge d’un seul but. Parmi ceux-ci, deux ont donné droit à une séance de tir de barrage. En tout, la troupe de l’entraîneur-chef Éric Veilleux a remporté trois des quatre matchs. Seule la dernière rencontre a totalement été dominée par le Drakkar, dans un triomphe de 8 à 1.

Devant le filet, le vétéran gardien de 20 ans, Jacob Gervais-Chouinard, a connu une saison exceptionnelle et il pourrait causer bien des maux de tête à l’offensive nord-côtière. Dans le clan baie-comois, au moment d’écrire ces lignes, l’entraîneur-chef n’avait toujours pas divulgué qui sera son portier vendredi soir. Francis Desrosiers et Philippe Cadorette ont bien fait cette saison, mais aucun des deux n’a été en mesure de prendre le contrôle de la situation devant le filet.

En défensive, le Drakkar a un net avantage sur son rival. Seule la perte du défenseur Samuel Noreau pourrait à long terme causer des ennuis aux Nord-Côtiers, advenant une ronde ou deux de plus. En ce moment, Maxim Lamarche joue son meilleur hockey de la saison et Alexandre Chênevert représente un atout fort important, lui qui vient de terminer sa meilleure campagne en carrière dans le circuit Courteau. Chez le Phoenix, seul le côté robuste de l’arrière Vladislav Lysenko est à surveiller, lui qui est reconnu pour ses percutantes mises en échec, un peu comme Gabriel Verpaelst est capable de le faire.

Sur le plan offensif, même son de cloche pour le Drakkar, qui aligne cinq marqueurs de plus de 20 buts. Si tout va bien, les Straka, Zykov, Bussières, Paquin-Boudreau, Girard, Gélinas et compagnie devraient étourdir plus souvent qu’à son tour la brigade défensive sherbrookoise. Pour le Phoenix, il faudra avoir la contribution maximale de tous. Les vétérans Alexandre Comptois, Michael McNamee et Steve Lebel devront produire soir après soir. Jean-Christophe Laflamme, Daniel Audette et Denis Kamaev s’avèrent à être d’autres atouts importants, mais au bout du compte, il y a moins de profondeur à ce niveau pour les Sherbrookois.

Photo : Malgré le fait que le Drakkar devrait avoir une bonne opposition de la part du Phoenix au premier tour, il ne devrait pas avoir trop de problèmes à sortir gagnant de cette série huitième de finale. (Archives Charles-Olivier Boulianne)

 

Partager cet article