Un vent de positivisme plane sur l’organisation

Par manic_admin_site
Un vent de positivisme plane sur l’organisation

Baie-Comeau – Après avoir vécu des jours difficiles lors des dernières années, la situation s’améliore pour la ZEC des rivières Godbout et Mistassini. Depuis maintenant deux ans, une relance a été lancée par les membres du conseil d’administration dans le but de trouver des solutions pour en arriver à la sauvegarde de ce milieu naturel unique et jusqu’à présent, les décisions prises portent fruit.

Éric Poirier

Voyant la volonté de l’organisme de redonner au site ses lettres de noblesse, le ministère avait décidé de signer un protocole d’entente d’une saison avec la Zone d’exploitation contrôlée (ZEC), en 2012, dans l’optique de laisser la chance au coureur. Force est d’admettre que les dirigeants ont profité de cette opportunité, puisque le ministère vient de revenir à la charge, en signant un nouvel accord valide pour les cinq prochaines années, une excellente nouvelle, qui soulage grandement les membres du conseil d’administration. «Avec ce protocole d’entente de cinq ans, nous sommes de retour sur les rails! Nous sommes conscients que notre réputation était à refaire au complet. Maintenant, on travaille en ce sens avec nos guides et notre code d’éthique, dans le but de bien accueillir la population», relatait, le responsable de l’administration, Éric Deschênes.

Dans cet ordre d’idées, les dirigeants de la ZEC des rivières Godbout et Mistassini, le Secteur Cap Nord, et les familles Molson et Bronfman, ont décidé d’unir leurs forces afin de s’aider, les uns et les autres. De cette manière, les deux familles en question, qui possèdent quelques privilèges sur ce territoire privé, accordent à l’organisme près de 40 000 $ en droits de pêche, ce qui signifie un total de 200 journées de pêche par été.

De plus, le fait de travailler avec le secteur Cap Nord, plus particulièrement avec l’Île Guilmour, prolonge la saison de plusieurs jours, puisque les saumons prennent plus de temps pour se rendre jusqu’au haut de la rivière, qui correspond à la principale zone de pêche des membres de la ZEC. «L’an dernier, nous avons vendu près de 12 000 $ en droits de pêche, cette année on vise 15 000 $, sur une possibilité de 40 000 $. Notre objectif est d’atteindre une augmentation d’environ 20 %», expliquait le président et trésorier, Normand Bissonnette, qui confirme avoir pris la décision de s’investir, dans le but de sauvegarder la rivière.

Le défi maintenant est de diversifier les revenus. Pour s’y faire, M. Bissonnette croit que le développement du volet récréotouristique serait une excellente idée pour apporter plus de sous dans les coffres de la ZEC. «Étant donné que la moyenne d’âge des pêcheurs à saumon est d’environ 65 ans, on se doit de développer d’autres facettes pour le futur», ajoutait-il.

La saison bat son plein

Les dirigeants assurent qu’il reste encore plusieurs bonnes journées de pêche, en 2013. Les personnes désirant obtenir un droit de passage ou simplement avoir plus d’informations, peuvent le faire en téléphonant directement à l’accueil de la ZEC des rivières Godbout et Mistassini, au 418 568-7305. Lors de la réservation, la date et l’heure du rendez-vous, ainsi qu’un guide seront attribués aux amateurs. «La saison est bonne et il y a beaucoup de saumons. La montaison est bonne et il s’agit de l’une des meilleures années parmi les dix dernières», laissait tomber M. Deschênes, en terminant.

Photo : Les membres du conseil d’administration de la ZEC des rivières Godbout et Mistassini se réjouissent de la signature du protocole d’entente pour les cinq prochaines saisons avec le ministère et ils espèrent que la situation sera toujours en constante évolution. Sur le cliché, on aperçoit Éric Deschênes, Thomas Thorn, Gaétan Chassé, Aurélien Morin, Léo Savard, Normand Bissonnette et Antoine Giasson. (Le Manic)

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des