Les routes 389 et 138 devraient se rencontrer entre les deux secteurs

Par 12:00 AM - 11 septembre 2013
Temps de lecture :

Baie-Comeau – Dans son Programme d’amélioration de la route 389, le ministère des Transports du Québec privilégie une solution qui prévoit la rencontre des routes 389 et 138 via l’avenue du Labrador, située entre les secteurs ouest et est de Baie-Comeau.

Marlène Joseph-Blais

Trois autres options ont été mises de l’avant en ce qui concerne la vingtaine de kilomètres séparant Baie-Comeau de Manic-2, soit la reconstruction de la route existante au même endroit, la reconstruction du chemin de la scierie et du chemin de contournement ou la conservation du statu quo en poursuivant tout de même l’entretien annuel de la chaussée. Le ministère voit dans la solution privilégiée une façon optimale de positionner Baie-Comeau comme un pôle industriel, en plus de combler les besoins exprimés par la Ville et la MRC de Manicouagan. Cette option ne fait cependant pas l’unanimité, puisque certains commerçants s’inquiètent d’être privés d’un achalandage important.

Commerçants mécontents

Le propriétaire du Garage Pierre Lavoie, situé sur le boulevard Comeau, à proximité de la jonction actuelle des routes 389 et 138 voit ce changement d’un mauvais œil. «C’est ridicule. Qu’on l’améliore et qu’on la laisse au même endroit. Je ne peux pas croire que les élus endurent quelque chose du genre. On a la chance de la faire passer ici, pourquoi on changerait ça? Qu’est-ce que ça va apporter de plus de la faire sortir entre les deux secteurs», se questionne M. Lavoie, qui a déjà interpellé le député de René-Lévesque, Marjolain Dufour, à deux reprises, pour lui faire part de ses inquiétudes.

Le commerçant est d’avis que l’idéal est de prioriser la reconstruction de la route actuelle, bien que cette option soit considérée comme la plus couteuse par le MTQ. «Il faut que les élus regardent en face et qu’ils comprennent que nous, dans le secteur Marquette, c’est de ça qu’on vit», affirme M. Lavoie. La propriétaire du Dépanneur au Coin du Nord et du Motel du Nord, Annie Vallières, abonde dans le même sens. «C’est sûr que, mon opinion, c’est qu’il faudrait qu’ils commencent par entretenir la route existante», indique celle qui est toutefois convaincue que les craintes des entrepreneurs ne seront pas prises en compte dans la décision finale du ministère.

Bien commun

La mairesse de Baie-Comeau, Christine Brisson, rappelle que, dans tous les cas, les premiers kilomètres de la route 389 ne seront pas abandonnés, puisqu’elle sera toujours utilisée par les villégiateurs et les résidents. L’élue estime aussi que les commerçants continueront de profiter du passage des usagers de la route 138. «Les gens qui arrivent de Sept-Îles et de l’Est, ils ne passeront pas directement entre les deux secteurs», soutient Mme Brisson. «Ce qu’on a besoin, ce sont des moyens d’attirer la grande entreprise, et ça, ça en est un. Ce qu’on veut à tout prix éviter, c’est que la route de contournement soit privilégiée», ajoute-t-elle.

Chez Innovation et développement (ID) Manicouagan (CLD), on continue d’appuyer la solution mise de l’avant par le ministère. «C’est pour le bien collectif. C’est sûr que cette option-là est intégrée dans notre plan de développement et on est heureux, premièrement, que le MTQ la considère et, deuxièmement, que ça fasse du sens côté financement», soutient le directeur du développement industriel, Guy Simard. «Ça nous permettrait d’intégrer la zone industrielle grand gabarit dans le parc industriel Jean-Noël Tessier, sans que ce soit aux frais des citoyens de Baie-Comeau», ajoute-t-il.

Échéancier préliminaire

Selon l’échéancier technique préliminaire du MTQ, l’élaboration des plans et devis du tracé rejoignant Baie-Comeau à Manic-2 devrait débuter en 2017, après quoi la construction pourrait être entamée au cours de l’année 2018. Il faut toutefois mentionner que ces dates sont susceptibles de changer, puisque les études sont toujours en cours et que les budgets ne seront connus que lorsque le gouvernement du Québec dévoilera sa stratégie d’investissement en ce qui concerne les infrastructures routières.

 

Photo : André Bernatchez, gérant du projet pour le MTQ, et Michel Bérubé, directeur de la Direction de la Côte-Nord du MTQ, étaient sur place, lors des rencontres d’information pour informer la population au sujet des tracés privilégiés dans le Programme d’amélioration de la route389. (Le Manic)

Partager cet article