Dyane Dastous habille les murs du 3 Barils

Par 12:00 AM - 17 septembre 2013
Temps de lecture :

Baie-Comeau – L’artiste peintre Dyane Dastous présente actuellement ses plus récentes œuvres au restaurant Les 3 Barils, à l’occasion d’une exposition intitulée Temps d’arrêt, qui a débuté le 1er septembre et se poursuivra jusqu’au 31 décembre.

Julie-Andrée Verville

Depuis 2004, Dyane Dastous se consacre à temps plein à son art. Elle s’est surtout fait connaître par les arbres qu’elle peint, en s’inspirant de ses souvenirs d’enfance, ceux où elle se retrouvait couchée dans l’herbe à contempler le ciel, à travers leur feuillage. «En trouvant une photo de deux branches, je me suis rappelée cette vision. Je suis alors partie prendre plusieurs photos des arbres près de la rivière Manicouagan. Les gens aiment cette perspective en contre-plongée qui n’est pas comme les autres. Les peintures que je crée sont donc très régionales et ce qui me distingue, c’est que je fais toujours des gros plans», formule l’artiste.

Ses œuvres sont aussi caractéristiques, parce que cette créatrice dans l’âme utilise une «modeling paste», qui leur ajoute de la texture. «Souvent, je prépare ma toile en y mettant de la texture avec cette pâte et ensuite je peins dessus avec l’acrylique. Mes nouvelles peintures en ont beaucoup. Parfois, il y a des sections dans la toile qui en ont plein et d’autres moins», illustre la peintre.

Pour cette exposition automnale au 3 Barils, Dyane Dastous dévoile plusieurs nouveaux tableaux qui mettent en vedette les bernaches du Canada, mieux connues sous le nom d’outardes. «Les bernaches, c’est un thème récurrent dans mon travail, mais ça faisait peut-être cinq ans que je n’en avais pas peintes. J’en avais réalisé une première série lors de mon premier Symposium de peinture de Baie-Comeau, en 2007. J’avais surtout peint ces oiseaux et aussi quelques tournesols», explique Mme Dastous.

Guidée par l’intuition

Ce qui a conduit Dyane à renouer avec les outardes représente bien le parcours de l’artiste : la création en évolution. Alors que cette année, la directrice de la Galerie Berick à Bromont, où la peintre expose déjà, lui a demandé de produire un paysage de la Côte-Nord pour l’offrir en cadeau à des dignitaires en Chine, elle a dû dépasser le sentiment d’inconfort que lui imposent les paysages. «Pour moi c’était un beau défi, parce que je ne fais pas souvent ce type de peinture. Il a fallu que je travaille ma palette de bleus, une couleur que je n’utilise pas beaucoup. C’est toujours ça le travail d’un artiste. On nous demande de faire une chose avec laquelle on est moins à l’aise, mais ça nous amène plus loin», soutient la créatrice.

Après avoir relevé le défi, Dyane a pu reprendre les bleus chatoyants, qu’elle avait réussi à concevoir grâce à sa toile figurant un paysage nord-côtier, et les intégrer dans ses nouvelles œuvres. C’est un peu de cette façon que les outardes se sont réimposées dans sa démarche artistique. En exploitant à nouveau les tons azurs, cela l’inspire aussi à en intégrer aux créations qui représentent des arbres. «Nous, les artistes, on n’est pas sûrs si c’est nous qui choisissons les couleurs ou si c’est elles qui nous choisissent, tellement c’est intuitif», mentionne-t-elle.

Rayonnement

En plus de cette exposition à Baie-Comeau, Dyane Dastous présente ses créations dans plusieurs autres endroits à Baie-Comeau, notamment sur place La Salle et aux Galeries Baie-Comeau, ainsi qu’ailleurs dans la province, soit à Bromont, Québec et Montréal. Quatre agences lui permettent aussi de rayonner ici et hors Québec, en promouvant son travail. En 2012, elle a ainsi pu exposer à Tokyo, en Californie et à Istanbul. Quelques-unes de ses œuvres seront présentées dans une prochaine parution du Luxe magazine, distribué à 150 000 exemplaires, ce qui lui offrira une bonne visibilité.

 

Photo : Native de Baie-Comeau, l’artiste peintre Dyane Dastous expose autant dans sa ville natale qu’ailleurs au Québec et outre-mer. Cet automne, une vingtaine de ses œuvres se retrouvent sur les murs du restaurant Les 3 Barils, dont plusieurs toiles représentant des outardes. (Le Manic)

Partager cet article