Loco Locass revient sur scène plus loquace que jamais

Par 12:00 AM - 25 septembre 2013
Temps de lecture :

Baie-Comeau – Après un passage dans la région pour l’événement InnuRassemble, Biz est de retour, cette fois-ci avec le groupe Loco Locass, pour ranimer la flamme des partisans nord-côtiers, qui n’ont pas encore été visités depuis la sortie du nouvel album Le Québec est mort, vive le Québec!. La formation offrira un spectacle à la salle Jean-Marc Dion de Sept-Îles, le 27 septembre, et un autre au Centre des arts de Baie-Comeau, le lendemain.

Julie-Andrée Verville

En tournée partout au Québec depuis juin 2012, après la sortie de son plus récent opus, Loco Locass a déjà ratissé les quatre coins de la province à l’exception du Bas-Saint-Laurent et de la Côte-Nord. «On s’apprête à faire la queue de la comète. Ce n’est pas parce qu’on vous aime pas qu’on n’est pas encore allés sur la Côte-Nord, mais on voulait être bons avant de revenir. On est au meilleur du spectacle. On le maîtrise bien, mais on a encore du plaisir à le faire. Pour les gens, c’est le bon moment de venir nous voir», mentionne Biz, qui sera sur scène en compagnie de Batlam et Chafiik, en plus des quatre musiciens qui les suivent depuis plus de 10 ans.

Biz se souvient bien de son dernier séjour dans la région, au printemps 2012, pour l’événement InnuRassemble, qui vise à initier la rencontre entre des jeunes de la Manicouagan et ceux de la communauté innue de Pessamit, grâce à un contact par l’art. Invité d’honneur, il avait notamment offert un spectacle aux  jeunes participants. «La dernière fois, c’était vraiment trippant comme expérience. C’est le genre de trucs auquel je m’intéresse et en lequel je crois énormément, parce que la relation n’est pas toujours bonne entre les visages pâles et les Autochtones et ça nous rappelle que tous les humains partagent le même territoire pour le meilleur et pour le pire», indique le chanteur, qui a d’ailleurs porté le chandail à l’effigie de l’événement pour le vidéo officiel de la pièce Secondaire, se trouvant sur le dernier disque.

Un spectacle rassembleur

Avec la tournée Le Québec est mort, vive le Québec!, Loco Locass s’apprête à créer un événement collectif lors de chacune de ses prestations. «C’est une sorte de messe païenne en ce temps de discussions autour de la Charte des valeurs québécoises. Nous, on célèbre la messe et nos fidèles répètent en chœur. Jamais les fans n’ont chanté autant avec nous. Il n’y a pas de plus grand honneur que de voir tes fans chanter avec toi. On voit que, le disque, ils l’ont écouté, qu’ils l’aiment et, aussi, qu’ils endossent les paroles», explique Biz.

Après Manifestif (2000), In Vivo (2003) et Amour Oral (2004), le nouvel album se faisait attendre. Huit ans plus tard, les adeptes ont pu retrouver Loco Locass dans un disque que le groupe qualifie lui-même de plus populaire que les autres. «Les tunes du dernier album ont quelque chose dans leur facture et leur composition, de plus populaire. Dans Manifestif, les refrains offraient peu de mélodie, alors que là, les chansons sont plus faciles à s’approprier, surtout en foule. On a ralenti le tempo pour certaines et les refrains sont plus mélodiques, comme dans Le But et Hymne à Québec. Ça se veut rassembleur», soutient le chanteur hip hop.

En symbiose avec le public

Quand il est sur scène, Loco Locass veut partager avec le public, le laisser se joindre à la célébration. «Ce n’est pas juste nous autres qui faisons partie du spectacle, c’est toute la salle. Il y a quelque chose de collectif. On ne veut pas seulement que les gens regardent, mais qu’ils participent à la fête. On les invite à faire des chorégraphies avec nous», soutient l’artiste.

Plus le répertoire s’agrandit, plus le groupe a des choix à faire lors de ses spectacles, et ce, parmi une cinquantaine de pièces. Loco Locass a donc le loisir de transformer ses prestations au gré des lieux visités et de faire vibrer le public avec un show qui lui est adapté. «On veut un discours cohérent. On ne chantera pas Libérez-nous des libéraux, alors qu’ils ne sont pas au pouvoir ou on ne met pas sa tête inutilement sur un billot en chantant Hymne à Québec quand on est à Montréal. Le contexte appelle un choix de chansons, en fonction de l’actualité et de la géographie. Ce qui fait que nos chansons marchent, c’est qu’elles ont du sens, elles sont accrochées à un contexte», admet Biz.

 

Photo : Le groupe Loco Locass, pilier de la scène hip hop au Québec, fait la tournée de la Côte-Nord, avec son plus récent opus Le Québec est mort, vive le Québec!, passant à la salle Jean-Marc Dion de Sept-Îles, le 27 septembre, et au Centre des arts de Baie-Comeau, le 28 septembre. (Loco Locass)

Partager cet article