Croisières Baie-Comeau : Les données de 2013 réjouissent l’organisation

Par 12:00 AM - 26 novembre 2013
Temps de lecture :

Baie-Comeau – Croisières Baie-Comeau dresse un bilan positif de sa saison 2013, au cours de laquelle six navires se sont arrêtés dans le port et 1 281 des 5 225 passagers qu’ils transportaient ont acheté un forfait touristique.

Marlène Joseph-Blais

La directrice générale de Croisières Baie-Comeau, Renée Dumas, se réjouit particulièrement du nombre de forfaits touristiques vendus aux passagers des paquebots. Globalement, 24,5 % des vacanciers s’en sont procuré un. «On nous dit qu’en général, on ne va jamais excéder 40 %. On est autour de 30 %, donc, moi, je suis très satisfaite, surtout pour avoir réussi à ouvrir le Jardin des glaciers», indique-t-elle. Mme Dumas affirme qu’il y a eu une augmentation des forfaits vendus depuis l’an dernier, mais il est impossible de valider l’information puisque les données sont uniquement compilées depuis cette année.

Le Jardin des glaciers s’est avéré l’attrait le plus populaire, rassemblant près de 40 % des 1 281 forfaits vendus. Ce sont 388 personnes qui ont visité la station d’exploration glaciaire, tandis que 120 autres ont opté pour l’offre combinée de la Vallée des coquillages et du spectacle multimédia. Le circuit patrimonial de la municipalité, effectué à pied, a également été apprécié, attirant au total 305 passagers, tout comme le forfait appelé Les incontournables de Baie-Comeau, qui s’arrêtait à Franquelin, préféré par 196 touristes.

Il importe de préciser que Croisières Baie-Comeau ne tire pas profit de la vente de forfaits. Ceux-ci sont rendus disponibles par des «tours opérateurs», soit des compagnies qui s’entendent avec les responsables des attraits touristiques de la région, pour ensuite proposer une offre de circuits aux passagers des navires, qui sont libres d’en acheter un ou non.

2014-2015

À ce jour, sept navires de croisières ont sélectionné l’escale Baie-Comeau pour la saison 2014, alors que six sont attendus en 2015. Ces prévisions ne laissent pas présager une réelle augmentation de la popularité de l’escale auprès des compagnies, mais Mme Dumas demeure optimiste et croit être en mesure d’en attirer davantage dans la Manicouagan prochainement. «Je travaille fort sur deux nouvelles compagnies qui peuvent encore changer leur itinéraire pour 2014. On part aussi en mission en Europe la semaine prochaine où il sera possible de convaincre d’autres compagnies», souligne-t-elle.

Jardin des glaciers

Croisières Baie-Comeau entrevoit son avenir d’un œil positif, puisque tout semble en place pour que le nombre de réservations augmente graduellement d’année en année. «La grosse question, c’est la pérennité du Jardin des glaciers. C’est ça qu’il va falloir régler pour le moment, parce que, moi, je ne dirai pas aux compagnies de croisières que c’est fermé, pas pour l’instant en tous cas», soutient Mme Dumas. Notons que les résultats d’une étude produite par Mallette au sujet de la situation financière du Jardin des glaciers et de la possibilité d’une relance de l’attrait doivent être révélés sous peu.

En ce qui concerne l’ouverture in extremis du Jardin des glaciers pour la saison des croisières 2013, la directrice générale indique que l’exercice s’est avéré rentable pour la Corporation plein-air Manicouagan, qui assure la gestion de l’attrait touristique. «J’ai vu rapidement les chiffres, parce que, même si c’est nous qui avons assumé les coûts, les revenus ont été versés directement à la Corporation», mentionne Mme Dumas. Croisières Baie-Comeau aurait ainsi payé le nettoyage de l’ancienne église, le salaire des guides, le loyer pour six jours d’ouverture ainsi que les frais de relance du spectacle multimédia. Il aurait ensuite été convenu que la compagnie responsable de vendre les forfaits aux passagers des navires achemine le chèque à la Corporation plein air Manicouagan.

 

Photo : Archives Le Manic

Partager cet article