À égalité après les deux premiers matchs : Le Drakkar et les Foreurs se divisent les honneurs

Par 12:00 AM - 06 mai 2014
Temps de lecture :

Baie-Comeau – La série finale de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) entre le Drakkar de Baie-Comeau et les Foreurs de Val-d’Or prenait son envol vendredi dernier. Si le premier duel a largement été dominé par les Nord-Côtiers, les visiteurs se sont bien repris le lendemain, pour ainsi niveler les chances dans ce duel de dernier tour pour l’obtention de la prestigieuse Coupe du Président.  

Éric Poirier

Vendredi, devant une septième salle comble consécutive au centre Henry-Leonard, le Drakkar et les Foreurs entamaient la série finale 2014 pour l’obtention de la Coupe du Président. Les hommes de l’entraîneur-chef Éric Veilleux ont joué un match parfait, limitant la troupe valdorienne à un seul tir dangereux pendant les 60 minutes de jeu, pour finalement se faufiler vers une victoire de 3 à 0. «Nous sommes bien sortis. On voulait avoir un bon tempo. Nous avons appliqué une belle pression sur leurs joueurs dans les trois zones. Nous avons bien fait ça et nous n’avons pas donné grand-chose», indiquait le général de la formation nord-côtière, Éric Veilleux.

Les gros canons du Drakkar ont sonné la charge dans cette première conquête. Charles Hudon a été le premier à toucher la cible dans cette victoire, en profitant d’une passe parfaite de son acolyte Félix Girard, pour déjouer le cerbère Antoine Bibeau, alors qu’il restait moins de huit minutes au premier tiers. L’attaquant Jérémy Grégoire est venu doubler l’avance des Baie-Comois lors de la troisième période. Ce filet a permis à Jérémy Grégoire de mettre fin à une disette de 11 matchs. Avec un peu plus d’une minute à faire, Charles Hudon, avec son deuxième but du match et son 10e des présentes séries, est venu clore le débat, en profitant d’un filet désert.

La meilleure défensive du circuit Courteau en saison régulière, celle du Drakkar n’a absolument rien donné aux joueurs de l’entraîneur-chef Mario Durocher, eux qui ont seulement dirigé 19 lancers sur la cage du gardien Philippe Cadorette. À l’opposé de la patinoire, Antoine Bibeau n’avait rien à se reprocher, lui qui a fait face à un barrage de 34 lancers. «Le facteur important est que nous avons obtenu un seul tir dangereux et ça, c’est assez fatiguant! C’est pourquoi il faut payer le prix! Il faut batailler à un contre un, le Drakkar ferme bien le jeu, mais il faut rentrer à l’intérieur. Il va falloir payer le prix! Pour gagner en série, il faut que tu payes le prix», soutenait, pour sa part, Mario Durocher. Les deux clubs ont profité de quatre occasions en supériorité numérique et seul le Drakkar a touché la cible, à une reprise.

Les Foreurs nivèlent les chances

Moins de 24 heures plus tard, les deux équipes croisaient le fer une seconde fois. Dans un duel plus intense, les Foreurs ont disputé une bien meilleure rencontre que la veille. Le Drakkar n’a pas été vilain également, mais une troisième période difficile a ouvert la porte aux visiteurs, qui ont finalement égalé la marque avec une minute et 33 secondes à faire. En voulant dégager le disque hors de son territoire, Gabryel Paquin-Boudreau a manqué sa tentative et Pierre-Maxime Poudrier n’en demandait pas plus pour niveler la marque.

La prolongation a été nécessaire et avec l’avantage d’un homme, en raison d’une punition décernée à Jérémy Grégoire pour avoir fait sauter les patins de l’excellent Anthony Mantha en échappée, les Foreurs sont venus à bout de Philippe Cadorette. C’est au vétéran défenseur Éric Gélinas qu’est revenu l’honneur d’inscrire le but de la victoire, sur un tir de l’enclave du haut des cercles. Il s’agissait de son deuxième filet dans le match.

Le Drakkar est passé bien près de rafler les grands honneurs pour un deuxième jour de suite, puisque quelques secondes avant de voir Gélinas faire mouche, Jérémy Grégoire venait tout juste de manquer une chance en or.

La troisième période a fait mal aux Baie-Comois, eux qui ont lancé seulement six fois sur le filet d’Antoine Bibeau, alors que les Valdoriens en ont dirigé 18 en direction de Philippe Cadorette. «Je pense que c’était un bon match pour les deux clubs. Il y a eu des momentums swing lors des deux premières périodes. La victoire aurait pu revenir d’un côté comme de l’autre», dictait, d’entrée de jeu, Éric Veilleux. «En troisième, je pense qu’ils ont seulement cinq tirs dangereux, donc on ne partira pas en peur avec ça! Leurs défenseurs sont rentrés un peu plus en zone offensive, ce qui leur a permis de gagner un peu de temps dans notre zone. Par contre, c’est certain qu’ils ont été plus dangereux que nous lors de cette période», ajoutait le principal intéressé.

Frédéric Gamelin, Alexandre Ranger et Dominic Poulin ont, tour à tour, touché la cible dans le camp nord-côtier. Le but des Foreurs en prolongation était leur premier en deux soirs avec l’avantage d’un homme, eux qui ont eu trois opportunités en pareille circonstance dans ce match. De son côté, le Drakkar a complété la rencontre avec deux buts en trois occasions en supériorité numérique.

Photo : Jérémy Grégoire a connu une belle soirée vendredi, avec une récolte d’un but et deux passes. Son filet lui a permis de mettre un terme à une disette de 11 matchs sans avoir touché le fond du filet. (Bruno Savard)

 

 

 

Partager cet article