Renaissance du Plan Nord

Par 12:00 AM - 10 juin 2014
Temps de lecture :

Baie-Comeau –Le ministre des Finances Carlos Leitao a fait un bel étalage de promesses de son discours sur le budget 2014-2015: 1,25 G$ pour l’exploitation des ressources naturelles, 570 M$ pour les activités sylvicoles et 63 M$ pour le Fonds du Plan Nord, incluant la réfection de la route 389 et le prolongement de la route 138.

Gabriel Turpin-Crête

Le parti libéral a également évoqué son souhait de réaliser un chemin de fer vers la fosse du Labrador. Le ministre des Finances s’est montré ouvert à l’approvisionnement en gaz naturel de la Côte-Nord, ce qui correspond à la demande de nombreux élus et acteurs du milieu des affaires.

D’ailleurs, le président de la Chambre de commerce de Manicouagan (CCM), Bernard Filiatrault, souligne que le parti libéral a respecté les demandes faites par les gens d’affaires de la région. «Nous voulons simplement que la région bénéficie du même portefeuille énergétique que le reste du Québec», a expliqué M. Filiatrault. «Les promesses ont été tenues, nos demandes ont été considérées et traitées, mais l’intensité de l’effort du gouvernement est moins élevée que prévu», ajoute le président de la CCM, évoquant le choix de privilégier la voie routière ou maritime à l’implantation d’un gazoduc.

Routes 138 et 389

Le député péquiste de René-Lévesque, Marjolain Dufour, promet que le budget sera analysé par l’opposition, puisqu’il se montre sceptique face au montant prévu pour la réfection de la route 389 et le prolongement de la route 138. «Dans le discours sur le budget, on y annonce que l’investissement de 63 M$ inclut le prolongement de la 138, des travaux pour la 389 et pour celle de la Baie-James. Il y a là un sérieux problème, car dans le cahier du plan budgétaire à la page A-19, pas un sou n’est prévu à la relance du Plan Nord libéral, pour les années 2014-2015 et 2015-2016», a tenu à souligner le député.

Par ailleurs, M. Dufour confirme que la relance du programme de minicentrales électriques n’aura aucun effet sur la municipalité de Franquelin, Hydro-Québec ayant rejeté le projet en 2010. Six centrales ont été retenues, dont celle de Sault-au-Cochon, pour un investissement annuel de 24 M$. «Ils ont le droit de le faire, mais elles ne sont pas rentables, ces centrales», de dire M. Dufour, précisant que les redevances de 75 000 $ allant aux municipalités ne compensent pas le prix exorbitant de ces centrales, surtout devant le surplus énergétique qu’affiche la province.

Forêt nord-côtière

Le problème de la tordeuse des bourgeons d’épinette constitue une épine dans le pied du secteur forestier nord-côtier et le député de René-Lévesque entend s’asseoir avec le ministre de la Forêt, de la Faune et des Parcs pour s’entendre sur une solution gouvernementale. Une partie des 570 M$ investis doit être utilisée pour mettre un terme à ce problème.

«Je donne toujours la chance au coureur», a-t-il affirmé, ajoutant qu’il allait «intervenir auprès de Laurent Lessard» pour que le gouvernement règle l’épidémie de la tordeuse des bourgeons d’épinette. «Cette aide est cruciale pour permettre à notre secteur forestier de passer au travers de cette épidémie qui a un immense impact sur les coûts de production», a expliqué M. Dufour.

Photo: Photohélico

Partager cet article