Écrasement d’hydravion : un mort et deux blessés

Par 12:00 AM - 03 septembre 2014
Temps de lecture :

Baie-Comeau – L’hydravion, qui s’est écrasé mardi vers midi, dans un territoire forestier au nord de Baie-Comeau, a fait un mort. Il s’agit du pilote, William Mckay, âgé de 68 ans et originaire d’Oakland, dans le Maine. Les deux autres personnes à bord, soit sa fille de 34 ans et son gendre de 45 ans, ont été secourues, mais souffrent de blessures importantes. Roxanne Simard Les trois Américains se dirigeaient vers le lac Fléché, dans le cadre d’un voyage de pêche, lorsque l’appareil s’est écrasé à proximité du chemin St-Pierre, un peu à l’ouest de leur destination. Les deux passagers, dont on ne craint plus pour leur vie, ont réussi à s’extirper de la carcasse de l’appareil et à se rendre sur la route pour chercher du secours. «Heureusement, ceux-ci se trouvaient juste à côté d’un chemin assez fréquenté. Ayant entendu un bruit de circulation et ne voyant aucun secours arriver, ils ont été capables, malgré leurs importantes blessures, d’atteindre la route et d’intercepter des automobilistes», explique Nathalie Girard, agente d’information de la Sûreté du Québec. Étant tout près d’un camp forestier, ce sont les camions de premiers soins d’Hydro-Québec et de Produit Forestier Résolu qui ont été utilisés pour transporter les blessés jusqu’au centre hospitalier de Baie-Comeau. Recherches difficiles Les recherches ont débuté très rapidement, mais le manque d’information a compliqué l’opération de sauvetage. En effet, puisque seule la destination finale était connue, toutes les recherches ont d’abord été concentrées au lac Fléché, alors que le Cessna se trouvait en fait plus à l’ouest. Un peu avant l’incident, le groupe d’américain venait de quitter un autre plan d’eau et volait en direction du lac Fleché, ce qui explique le lieu du crash. Les Forces armées canadiennes ont aussi participé aux recherches. Un avion Hercule, un hélicoptère et un zodiac ont été mobilisés afin de retrouver les victimes du drame. «Dans un territoire non organisé comme celui du nord de Baie-Comeau, c’est un défi de trouver le lieu d’un écrasement. Donc un maximum de ressources est mobilisé pour y arriver», ajoute Mme Girard. Causes inconnues Selon la Sûreté du Québec, on ne sait toujours pas ce qui a provoqué l’accident de cet hydravion de type Cessna 185. Ceux-ci collaboreront toutefois à l’enquête, qui sera menée par le Bureau de la sécurité des transports du Canada.

Partager cet article