Grève dans les services de garde

Par 12:00 AM - 16 octobre 2014
Temps de lecture :

Baie-Comeau – Ce jeudi 16 octobre, les responsables d’un service de garde (RSG) de la Côte-Nord ont déclenché un arrêt de travail et ont manifesté afin de faire pression sur la ministre de la Famille.

Roxanne Simard

Sans contrat de travail depuis près d’un an, les RSG affiliés à la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec et à la CSQ (FIPEQ-CSQ), souhaitent obtenir une reconnaissance de leur travail et des 50 heures réellement travaillées.

Cette grève, qui fait partie d’une série d’arrêts de travail planifiés dans plusieurs régions du Québec, a comme but premier d’attirer l’attention du gouvernement afin de poursuivre les négociations. «Nous voulons négocier, mais il n’y a pas d’avancement de la part du gouvernement. La ministre ne nous donne pas d’autres choix que de sortir dans les rues. C’est le seul message qu’elle semble comprendre», explique Kathy Gibson, conseillère en communications pour la FIPEQ-CSQ.

Sur la Côte-Nord, c’est 270 membres de la fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ-CSQ) qui participent à ce moyen de pression, touchant ainsi plus de 1 600 enfants. Selon la responsable de l’Alliance des intervenants en milieu familial de la Côte-Nord (ADIM Côte-Nord), les parents collaborent bien malgré les conséquences que cela provoque. «Les parents étaient informés et comprennent la situation. Ils savent le nombre d’heures que l’on fait et ont une reconnaissance  envers notre travail», explique-t-elle.

Manifestations

Trois manifestations ont été organisées parallèlement sur la Côte-Nord, soit une à Baie-Comeau, à Sept-Îles et à Forestville ce jeudi.  À Baie-Comeau, c’est une quarantaine d’intervenantes qui se sont déplacées sous la pluie afin de manifester lors de la journée de grève. Le groupe a réalisé une courte marche, de la rue Puyjalon jusqu’au bureau du député Marjolain Dufour. «Je suis confiante que ce moyen de pression va faire avancer les choses», conclut Isabelle Tremblay.

Précisons que cette journée d’arrêt se déroule aussi dans les régions du Saguenay–Lac-Saint-Jean et du Bas-Saint-Laurent-Gaspésie-îles-de-la-Madeleine.  Une journée de grève nationale est quant à elle prévue le lundi 20 octobre.

Partager cet article