Les organisations régionales dénoncent l’austérité et interpellent la population

Par 12:00 AM - 24 octobre 2014
Temps de lecture :

Baie-Comeau – La CSN, la FTQ et des organisations de la Côte-Nord s’unissent afin d’amener la population à prendre conscience des conséquences de l’austérité du gouvernement et lancent un plan d’action.

Roxanne Simard

«Il faut donner le signal qu’on n'acceptera pas ça. C’est urgent, il faut qu’on bouge», a lancé Bertrand Méthot de la FTQ. C’est en réaction à l’ensemble des mesures d’austérité du gouvernement libéral que le Conseil central CSN-Côte-Nord, la FTQ, la Fédération de la santé et des services sociaux Côte-Nord (FSSS), Action chômage et la Table des groupes populaires, ont uni leur parole pour dénoncer la situation.  

Selon eux, il ne fait aucun doute que plusieurs services aux citoyens seront touchés par les mesures annoncées et qu’il y aura une importante perte d’autonomie régionale. De plus, ceux-ci craignent plusieurs pertes d’emplois ainsi qu’une augmentation du nombre de chômeurs. «C’est un cri du cœur. Il faut que la population se réveille. C’est vraiment inquiétant puisque ça va toucher absolument tout le monde», ajoute Gisèle Charrette, Vice-Présidente régionale Côte-Nord FSSS.

Plan d’action

Afin de faire comprendre leur message, les organisations invitent la population à se mobiliser et à rejoindre le mouvement. Pour y arriver, ceux-ci ont mis en place un plan d’action visant, dans un premier temps, à informer la population sur l’impact des coupures et des mesures du gouvernement Couillard.

Le 31 octobre, les centrales syndicales et les organisations vont se rassembler à l’intersection du boulevard Blanche et du boulevard Laflèche, afin de distribuer des tracts informatifs, de 11 h à 13 h. La même chose aura lieu ailleurs sur la Côte-Nord les 7 et 17 novembre. De plus, une manifestation nationale aura lieu à Québec le 29 novembre, afin de dénoncer l’ensemble des mesures d’austérité ainsi que les coupures. Selon le président du Conseil central Côte-Nord-CSN, qui qualifie les actions gouvernementales de destruction massive, la population doit se lever. «C’est certain qu’on vise à courte échéance des manifestations populaires. Ça va se passer dans la rue», explique-t-il.

Solutions

En plus de la mise en place d’un plan d’action, certaines solutions ont été proposées par la Table des groupes populaires. «Nous avons 18 solutions qui permettraient au gouvernement d’aller chercher de l’argent chez les plus riches et non dans les portefeuilles de la classe moyenne et même de ceux en dessous», a noté Michel Savard de la Table des groupes populaires.

Parmi les idées lancées, notons l’augmentation du nombre de paliers d’imposition, le contrôle du coût des médicaments et le rétablissement de la taxe sur le capital pour les entreprises financières comme les banques et les compagnies d’assurance.

Partager cet article