Pointe-Lebel: les Cuisines collectives deviennent une réalité

Par 12:00 AM - 13 mars 2015
Temps de lecture :

Pointe-Lebel – À l’instar de plusieurs autres municipalités de la Manicouagan, Pointe-Lebel a maintenant ses cuisines collectives. Après plus d’un an de démarches, le projet a finalement vu le jour le 26 janvier.

Charlotte Paquet

En plus de briser l’isolement, soit le principal objectif de la formule, les cuisines collectives permettent de concocter des repas équilibrés et à coûts abordables, pour ensuite repartir avec le nombre de portions nécessaires pour nourrir sa petite famille. Outre Pointe-Lebel, les citoyens de Pointe-aux-Outardes, Baie-Comeau et Godbout (depuis peu de temps) ont également la possibilité de profiter d’un tel service. À Chute-aux-Outardes, les activités reprendront bientôt.

Pour en revenir aux cuisines collectives lebeloises, pour le mois de mars seulement, 31 personnes sont inscrites dans l’un ou l’autre des trois groupes. Les aînés y sont en majorité par rapport aux mamans de jeunes familles. La proportion est de 21 pour 10. Le groupe du lundi matin, le plus populeux, est d’ailleurs constitué uniquement de personnes âgées, soit 14. Les groupes du lundi et du mardi soir réunissent respectivement sept et 10 cuistots.

Pour la semaine en cours, celle du 16 mars, les 31 participants ont cuisiné chacun cinq menus différents, pour un total de 300 portions destinés à 61 personnes. Ainsi, la personne qui cuisine pour une famille de quatre est repartie avec 20 portions, dont le coût unitaire moyen revient à 3 $

S’amuser en cuisinant
«Les aînés disent qu’ils ne s’en passeraient plus tellement ils rient. En plus de cuisiner des repas équilibrés,  ça leur fait une activité sociale. Les jeunes familles, elles, ça leur permet de manger plus équilibré et ça leur dégage du temps pour autre chose, comme les devoirs des enfants», mentionne la conseillère municipale responsable du projet, Lise Arsenault.

Les Cuisines collectives de Pointe-Lebel ont vu le jour grâce à une subvention de 17 065 $ du Pacte rural, dont 3 413 $ provenant du Comité des loisirs (dons citoyens), pour l’achat des équipements nécessaires. Une aide financière de 21 740 $ du programme Parsis de la Conférence régionale des élus de la Côte-Nord, incluant une partie de 1 800 $ du Comité des loisirs, a également permis l’embauche d’une cuisinière. Il s’agit de la Lebeloise Isabelle Lavoie, diplômée en cuisine d’établissement.

 

Partager cet article