CISSS: Le nouveau PDG est prêt à relever le défi

Par 12:00 AM - 09 avril 2015
Temps de lecture :

Baie-Comeau – Le nouveau président-directeur général (PDG) du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord, Marc Fortin, anticipe avec enthousiasme la réussite de la gouvernance unique, qui s’installe petit à petit, et se dit prêt à relever les défis qui en découlent.

Roxanne Simard

En poste depuis seulement quelques jours, Marc Fortin indique que la priorité est d’orchestrer la gouvernance unique et c’est pourquoi l'accent est mis sur l’organisation de la structure. L’organigramme des cadres supérieurs vient d’être présenté et, dans les deux prochaines semaines, 12 postes de direction seront ouverts, dont cinq dès cette semaine.

«On se donne jusqu’à la fin mai pour terminer la macrostructure et, après, ce sera l’organisation des services. […] Ce qui est intéressant avec la loi 10, c’est d’augmenter la fluidité de la clientèle à travers tous nos continuums de soins et aussi de faire l’intégration des services», précise-t-il.

Entre-temps, M. Fortin précise que les soins et les services doivent demeurer intacts. «Il faut que la qualité soit au rendez-vous pour assurer la sécurité du patient. En ce sens, on a mandaté des personnes responsables pour s’en assurer», a-t-il ajouté.

Puisque l’unité est un enjeu important, le PDG espère que, avec ces12 autres postes, l’équipe de direction sera représentative de la région. Jusqu’à maintenant, personne de Sept-Îles n’a encore été nommé à un poste de direction, ce qui provoque la grogne dans cette ville nord-côtière. Le Comité d’action et de vigilance a d’ailleurs été formé pour réclamer un équilibre dans la prise de décisions entre les deux pôles.

Défis à relever

De nombreux défis attendent celui qui chapeaute le nouveau CISSS, dont le recrutement et la rétention du personnel. Cet enjeu est considéré comme étant majeur par la PDG adjointe, Johanne Savard, bien au fait de la situation actuelle.

L’autre défi de taille sera celui de gérer un territoire très étendu. «Avec les moyens de communication d’aujourd’hui, on peut être en temps réel partout sur la Côte-Nord, mais je vais régulièrement visiter les établissements. Un PDG doit assurer sa présence sur l’ensemble du territoire», note M. Fortin.

Nouvel organigramme

Un seul organigramme englobera les sept établissements de la région et l’objectif final de cette réforme est d’éliminer 43 postes de cadre d’ici à deux ans. C’est du côté des cadres supérieurs que l’on trouve le plus de coupes, avec une diminution de 47 à 27 postes.

Actuellement, 76 postes de directeurs généraux d’établissements, de cadres supérieurs et de cadres intermédiaires aux fonctions administratives ont été abolis. De ce nombre, une soixantaine de personnes souhaitent obtenir un emploi dans la nouvelle structure.

«J’entreprends un cheminement sur la Côte-Nord pour rencontrer le personnel, les cadres et les associations afin de voir comment ils vivent la situation et leur expliquer les changements qui sont survenus», précise le nouveau PDG.

Partager cet article