Franquelin sauve sa petite école pour une autre année

Par 12:00 AM - 20 mai 2015
Temps de lecture :

Baie-Comeau – L’école Père-Duclos de Franquelin obtient un nouveau sursis d’un an. Elle demeurera ouverte pour l’année scolaire 2015-2016, même si le financement lié au nombre d’élèves ne justifie pas la présence d’une enseignante à temps plein.

Charlotte Paquet

Le conseil des commissaires de la Commission scolaire de l’Estuaire (CSE) a pris cette décision, mardi soir, lors de sa séance régulière du mois de mai. Il aurait bien aimé avoir l’assurance d’une aide financière additionnelle pour suppléer au manque à gagner de quelque 20 000 $ en raison du petit nombre d’élèves, mais le ministère de l’Éducation n’a toujours pas statué sur les prochaines règles budgétaires.

Donc, même si sa situation financière ne permet plus le maintien de l’organisation actuelle des services à l’école Père-Duclos, la CSE se refuse à mettre la clé sur la porte. «On essaie de donner la chance aux coureurs jusqu’au bout», souligne la présidente du conseil des commissaires, Ginette Côté, rappelant les efforts importants des parents et de la municipalité pour le maintien de leur école, notamment pour le recrutement de nouvelles familles à Franquelin.

Actuellement, sept élèves fréquentent l’école Père-Duclos. Il y en aura 10 à la prochaine rentrée scolaire, mais deux en prématernelle quatre ans, donc qui ne génèrent pas de financement. Il reste huit élèves financés à 100 % par le ministère de l’Éducation, alors qu’il en faut 10 pour l’équivalent d’un poste d’enseignant.

Fait à noter, la CSE a également convenu de maintenir le service de garde en place, à la condition d’il y ait au moins six élèves qui le fréquentent à raison de cinq jours par semaine.

Ça fait bien une dizaine d’années que l’avenir de la petite école inquiète. L’ancienne ministre péquiste de l’Éducation, Marie Malavoy, avait consenti une aide financière de 163 000 $ par année pendant trois ans pour soutenir les efforts de la commission scolaire pour le maintien de ses petites écoles. «On l’a eu un an au lieu de trois», souligne Mme Côté, en référence à l’année 2013-2014.

Le troisième cycle

Deux élèves seulement sont inscrits au troisième cycle pour la prochaine année scolaire à Franquelin, l’un en cinquième année et l’autre, en sixième. La commission scolaire prévoit discuter avec leurs parents sur la possibilité de les intégrer dans des écoles de Baie-Comeau.

De cette façon, elle veut favoriser leur réussite éducative, mieux les préparer au passage primaire-secondaire et faciliter l’organisation scolaire pour l’unique enseignante de l’école Père-Duclos. Un soutien pourrait être offert pour le transport scolaire.

Selon le directeur général, Alain Ouellet, la CSE ne forcera pas les parents à envoyer leur enfant dans une école de Baie-Comeau. S’ils refusent, elle respectera leur choix.

Étude en cours

Grâce à un budget consenti par le ministère de l’Éducation, la CSE a mandaté la firme Chabot Grant Thornton pour la réalisation d’un plan d’optimisation de ses ressources. Tout est scruté à la loupe pour voir si l'on peut faire mieux. L’offre de services dans les petites écoles en fait partie.

Le rapport final est attendu pour décembre. «C’est possible qu’on arrive en décembre et qu’on ait des décisions à prendre pour plus qu’une école», note Mme Côté.

 

Photo: Les parents de Franquelin présents à la dernière réunion du conseil des commissaires ont émis un soupir de soulagement lorsque la décision du maintien de l’école Père-Duclos a été annoncée. On aperçoit ici le président du conseil d’établissement, Luc Landry, avec à sa droite la conseillère municipale Johanne Desjardins et à sa gauche la directrice de l’école, Nathalie Lagacé.

 

Partager cet article