Congrès de médecine d’urgence : un succès qui ne se dément pas

Par 12:00 AM - 15 septembre 2015
Temps de lecture :

Après avoir été honoré par la LHJMQ, l’attaquant Ethan Crossman vient d’être choisi comme le joueur de la dernière semaine au sein de la Ligue canadienne de hockey. Photo Courtoisie

Les Escoumins  – Les médecins des Escoumins peuvent se réjouir du succès de la onzième édition du
congrès sur la médecine d’urgence en région qui accueillait plus de 200 participants et conférenciers,
entre le 10 et le 12 septembre, aux Escoumins. Le côté chaleureux et convivial du congrès de
médecine d’urgence continue de séduire les congressistes. Encore cette année, quelque 160 médecins
et résidents ont pris part aux ateliers et conférences.

Shirley Kennedy

Le succès de l’événement repose sur sa particularité qui le distancie des autres conventions de même
genre : ses ateliers pratiques donnés en petits groupes de 10 à 20 médecins afin de maximiser les échanges.

Cette proximité avec les conférenciers permet aux participants de poser des questions et d'échanger plus
facilement avec les formateurs, souligne la Dre Tardif-Harvey, présidente du comité scientifique. «Ce
qu’on veut, c’est que les participants puissent obtenir des réponses aux questions qu’ils se posent dans leur
pratique quotidienne et qu’ils repartent du congrès avec le sentiment que la formation leur sera utile ».

Ateliers précongrès

La possibilité de travailler sur des cadavres est aussi un atout majeur pour le congrès, selon le Dr Jean-
Philippe Blondeau, médecin à l’urgence du CSSS de Chicoutimi et coprésident d’honneur de l’événement.
L’atelier précongrès sur les techniques d’urgence sur cadavre qu’il présente, avec trois collègues, est
toujours très couru puisqu’il permet aux participants de s’exercer à poser des drains thoraciques ou à faire
des intubations, dans des conditions plus réelles que s’ils utilisaient des mannequins.

Autre ateliers précongrès très populaire, celui sur l’écographie dispensé par l’autre coprésidente du congrès,
la Dre Chantal Guimont, urgentologue au CHU de Québec et animatrice de l’émission Médecin sans
rendez-vous, à Télé-Québec.

Redonner à la communauté

Cette participation de la communauté des Escoumins est indispensable au succès du congrès, ce qui a
amené les organisateurs à proposer des conférences publiques. Ce volet d’éducation est une façon de
remercier la population de s’impliquer dans l’organisation du congrès, qui ne pourrait pas vivre sans les
bénévoles, et de lui faire profiter de la présence d’autant de médecins dans la région, souligne la Dre
Tardif-Harvey.

Cette année, deux ateliers sur la vaccination ont été dispensés à Forestville et à Sacré-Cœur
par la Dre Julie Boulanger, médecin de famille aux Escoumins, et l’infirmière Marlène Deschênes, du
Centre de santé et de services sociaux de la Haute-Côte-Nord-Manicouagan.

Des effets sur le recrutement

Le congrès n'oublie pas son mandat premier qui était d'attirer des médecins aux Escoumins. La formule
semble fonctionner puisque six médecins se joindront à l'équipe de médecins de famille du point de
service Haute-Côte-Nord Manicouagan du Centre intégré de santé et services sociaux de la Côte-
Nord d'ici 2016. Avec l’ajout d’un médecin de famille aux effectifs à Forestville en juillet et l’arrivée
de quatre autres d’ici la fin mars 2016, l’équipe comptera 58 médecins de famille et sera complète
pour la première fois.

L’espace : une région très éloignée

Le congrès a pris fin sur une note inspirante avec la conférence de l’astronaute canadien, David Saint-
Jacques. Sur une note humoristique, il a évoqué les similitudes entre la pratique de la médecine dans
l’espace et celle dans le Nord-du-Québec, où il a été médecin de famille, ainsi que les défis qu’a à relever la
NASA pour assurer la santé des astronautes qui passent six mois dans la station spatiale internationale. Une
présentation qui a soulevé beaucoup d’intérêt chez les congressistes.

 

Partager cet article