La saison du crabe s’en vient dans la Manicouagan

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet

Baie-Comeau – D’ici deux semaines, si tout va bien, le crabe des neiges garnira les tables de la Manicouagan. Une autre saison s’amorcera dans le secteur des poissons et des fruits de mer frais. Chez Pêcherie Manicouagan, le printemps 2016 sera marqué par l’ouverture de sa nouvelle poissonnerie resto bistro, en lieu et place de l’ancienne poissonnerie du boulevard La Salle, à Baie-Comeau.

Les crabiers devraient prendre la mer le 23 mars, soit à temps pour la fête de Pâques, quatre jours plus tard. Même si tout semble se diriger vers une ouverture de la pêche pour cette date, il faudra attendre le 15 mars pour que Pêches et Océans Canada et ses partenaires du « comité des glaces » statuent officiellement là-dessus.

Comme le souligne Jacquelin Savard, copropriétaire de Pêcherie Manicouagan et directeur général, lorsque la pêche ouvre dans une zone, elle doit ouvrir dans son entièreté. Toute la zone doit donc être libérée des glaces.

Règle générale, la pêche au crabe commence toujours à temps pour Pâques. Cependant, il y a quelques années, cela avait été impossible. L’arrivée des premières crevettes fraîches de la saison suit généralement de très près celle du crabe.

Prix à la hausse

Les consommateurs doivent s’attendre à payer un peu plus cette année. Cela s’explique par la chute de la valeur du dollar canadien, jumelée à l’épuisement des inventaires en 2015. Les prix au débarquement et les prix de vente au détail seront connus lors de l’ouverture de la pêche.

Bonne nouvelle pour tous, les quotas augmenteront de 25 % cette année dans la zone 17, qui couvre une large partie de la Côte-Nord. « C’est une excellente nouvelle. Nous, plus il y en a, mieux c’est », lance M. Savard, le sourire aux lèvres.
Dans les faits, c’est un tout nouveau cycle qui s’amorce. Selon l’homme d’affaires, les quotas devraient donc être à des niveaux encourageants pour les quatre à cinq prochaines années.

Unique au Québec

Pêcherie Manicouagan ouvrira les portes de sa poissonnerie resto bistro vers la fin mars. Le nouveau commerce est en quelque sorte le bébé de Pauline Savard, fidèle compagne de Jacquelin Savard en amour comme en affaires. Mme Savard parle d’un concept tout simplement unique au Québec. « C’est un concept qui est dans ma tête. Un concept champêtre avec une ambiance relaxe », dit-elle.

Mme Savard poursuit : « C’est un resto avec un menu bistro de poissons et de fruits de mer, mais il y aura aussi de belles grosses assiettes de homard. » Elle ne veut pas en dire trop sur le menu puisqu’elle préfère que les gens viennent le découvrir. Elle promet cependant des mets pour tous les budgets et un certain éventail de mets canadiens pour accommoder les gens qui ne mangent pas de fruits de mer et de poissons.

La réalisation de ce projet représente un investissement de 1,5 M$. L’ancienne bâtisse de la poissonnerie, construite il y a 35 ans, était dans un état pitoyable. C’est pourquoi elle a été démolie. Les travaux de construction du nouveau bâtiment ont été lancés en novembre 2015 par l’entrepreneur baie-comois Construction Gérard Murray. Le secteur resto bistro comprendra 24 places à l’intérieur et jusqu’à 48 sur la terrasse extérieure. Une dizaine de nouveaux emplois seront créés, ce qui portera le nombre d’employés à 17.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Pierre-Michel Fortin
Invité
Pierre-Michel Fortin

Je dois être totalement nul en économie mais serait-ce possible pour madame Paquette de nous expliquer en quoi la chute du dollar entraîne une hausse du prix du crabe sur le marché de Baie-Comeau?

Charlotte Paquet
Invité
Charlotte Paquet

Les prix sont basés sur différents aspects, m’a-t-on confirmé encore ce matin. La hausse du prix à la livre s’explique par une augmentation du prix au débarquement, par le jeu de l’offre et la demande et aussi par la chute de la valeur du dollar canadien. La nouvelle saison commence avec des inventaires à zéro sur le marché international. La demande sera forte. Or, 90 % de la production de Pêcherie Manicouagan sont exportés à l’étranger. Tous les exportateurs québécois sortiront gagnants de la faiblesse du dollar, mais, en même temps, cela aura un impact à la hausse sur les… Read more »