L’entretien du chemin de la Scierie doit revenir au MTQ

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 17 mai 2016
Temps de lecture :

Baie-Comeau – Pointe-Lebel, Pointe-aux-Outardes et Baie-Comeau font front commun pour réclamer une prise en charge du chemin de la Scierie par le ministère des Transports du Québec (MTQ).

Le chemin de la Scierie couvre une distance de 5,6 km et relie la route 138 au chemin de contournement menant à Manic-2. L’entretien de ce dernier appartient déjà au ministère. Selon le tronçon, l’artère qui mène notamment aux installations de Scierie Outardes se trouve sur le territoire de l’une ou l’autre des trois municipalités.

Or, le chemin de la Scierie est dans un état lamentable. Pointe-Lebel, Pointe-aux-Outardes et Baie-Comeau considèrent ne pas avoir à défrayer les coûts de réparation puisqu’il est le prolongement de la route de contournement menant à Manic-2.

Selon les trois partenaires, la détérioration importante de la route est directement liée aux nombreux véhicules lourds et véhicules hors normes qui circulent sur la route de contournement pour atteindre la route 389 et se diriger ensuite vers le nord. Et avec les orientations gouvernementales sur le Plan Nord, le passage de ces mastodontes ne peut qu’augmenter, affirment-ils.

Des travaux majeurs de réfection s’imposent pour assurer la sécurité des usagers. Les municipalités soutiennent ne pas avoir les fonds pour les réaliser. Une rencontre devait se tenir aujourd’hui avec le MTQ.

« Pas nos citoyens »

« Ce ne sont pas nos citoyens qui ont magané le chemin », insiste le maire de Pointe-Lebel, Normand Morin. Il ne voit pas pourquoi il les ferait payer le gros prix pour des bris dont ils ne sont pas responsables.

Un représentant syndical de Scierie Outardes s’est même plaint auprès de la municipalité de l’état du chemin. « On a eu un appel, car ils ne sont pas contents», ajoute l’élu.

Le tronçon sous la responsabilité de Pointe-Lebel, pour lequel les revenus de taxes sont très minimes, est le plus endommagé des trois. Des travaux ont bien été réalisés afin de l’améliorer, mais en vain. « On a passé trois palettes d’asphalte froid depuis le début du printemps, mais on ne voit pas le bout », explique le maire en ajoutant que, lorsqu’un nid-de-poule est réparé, un autre se forme à côté.

Des travaux majeurs s’imposent pour corriger le tir de façon durable. Selon l’élu, il ne faut pas perdre de vue que, en cas d’événement majeur ou de catastrophe, le chemin de la Scierie et la route de contournement pourraient servir à évacuer des gens.

Partager cet article