Une baisse du produit intérieur brut sur la Côte-Nord

Par 12:00 AM - 12 juillet 2016
Temps de lecture :

Sept-Îles – Le produit intérieur brut (PIB) de la Côte-Nord a baissé de 3,1 % en 2014. La région était la seule au Québec, cette année-là, à avoir vu son PIB baisser. L’Institut de la statistique évalue toutefois qu’il s’agit d’un « ralentissement de la croissance », puisque le PIB a augmenté chaque année en moyenne de 5,2 % dans la région de 2007 à 2014.

Le PIB de la Côte-Nord se chiffrait à 7,2 milliards (G) de dollars en 2014, ce qui représente une baisse de 3,1 % par rapport à 2013. C’est ce qui ressort d’une étude sur le produit intérieur brut régional par industrie au Québec, rendue publique par l’Institut de la statistique en juin. Il s’agissait d’une deuxième baisse de suite du PIB sur la Côte-Nord.

L’économie de la région a cependant connu une bonne croissance de sa production de richesse de 2007 à 2014 avec une augmentation annuelle moyenne de 5,2 %, alors que le taux de croissance annuel moyen au Québec a été de 2,6 % durant la même période. « On pourrait dire plutôt qu’il y a eu un ralentissement de la croissance en 2013 et 2014 » après les « booms économiques » de 2010 et 2011, a mentionné l’économiste de l’Institut de la statistique, Marianne Bernier.

Ralentissement après le boom minier

L’industrie de l’extraction minière représentait 34,7 % de la production économique régionale (4,8 G$) en 2014, ce qui fait de la Côte-Nord la région québécoise où cette industrie est la plus importante. Le secteur des biens représente plus du deux tiers du PIB de la Côte-Nord. Ce secteur comprend entre autres l’industrie minière, la construction, la foresterie et la pêche.

La baisse du PIB de la région en 2014 « découle directement de la baisse du secteur des biens (5,7 %) et plus particulièrement du secteur de l’extraction minière (1,1 %) », explique Mme Bernier. Si la production minière a diminué en 2013 et 2014, elle a néanmoins doublé (augmentation de 100 %) entre 2009 et 2014. Marianne Bernier rappelle le boom minier qu’a connu la région, alors que la production minière avait augmenté de 102 % en 2010, puis de 33 % en 2011.

Diminution de la construction

Même si le plus gros chantier de construction au Québec se trouvait sur la Côte-Nord en 2014 avec le projet hydroélectrique de La Romaine, le secteur de la construction a subi une forte diminution de 20,6 % cette année-là, « après de fortes augmentations au cours des dernières années ». L’étude de l’Institut de la statistique fait aussi état d’une « importante hausse » de l’industrie de la pêche, de la chasse et du piégeage (+59,8 %) et d’une « chute » de l’industrie de l’exploitation forestière (-14,7 %).

Partager cet article