« Du sport à la journée longue » avant la rentrée

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 05 août 2016
Temps de lecture :

Baie-Comeau – Un camp pour faire bouger les enfants autour d’un sport différent par jour, voilà ce que propose la Clinique Acti+ Jessica Richard kinésiologue, en août, tout juste avant la rentrée scolaire.

Pour son premier été en affaires, la jeune femme a décidé de profiter de son expérience en animation dans un camp axé sur les sports à Trois-Rivières pour lancer sa formule à Baie-Comeau. Elle vise les enfants à l’énergie débordante.

« C’est pour avoir du sport à la journée longue. À travers le sport, c’est plus facile de canaliser l’énergie des enfants », explique la kinésiologue. Le baseball, le soccer, l’athlétisme, le volley-ball et un cinquième sport qui reste à confirmer seront expérimentés.

« J’inclus de la psychomotricité pour les plus jeunes. Il y a aussi de l’entraînement adapté par intervalle pour les sports. On va voir les spécificités de chacun et comment ça se joue », ajoute-t-elle en parlant d’entraînement amusants et constructifs.

En plein air

Le Camp Acti+ privilégiera le plein air pour bouger. Le parc des Pionniers fera office de « terrain de jeu ».

Les collations et les dîners se prendront cependant au gymnase du Baie-Comeau High School. En cas de pluie ou de chaleur accablante, les lieux serviront aussi au volet sportif. Comme le parc des Pionniers et l’école sont situés à proximité, les enfants pourront facilement faire le trajet à pied.

La semaine du 15 au 20 août est réservée aux enfant de 4 à 6 ans, tandis que celle du 22 au 27 août vise les jeunes de 7 à 10 ans.

Les activités sportives se dérouleront entre 9 h et 16 h. Par contre, la mise en place d’un service de garde permettra l’arrivée des enfants dès 7 h 30 et le départ au plus tard à 17 h 30.

Combler un vide

Jessica Richard n’a pas choisi sans raison les deux dernières semaines d’aout pour offrir son camp. « Ce sont les deux semaines où la Bande estivale est terminée et l’école commence après. C’est comme un deux semaines mortes », dit-elle.

Le fait de faire bouger les jeunes tout juste avant la rentrée scolaire ne peut aussi que leur être bénéfique, eux qui passeront ensuite leurs journées assis en classe.

Partager cet article