Pessamit met Hydro-Québec en demeure

Par Steeve Paradis 12:00 AM - 17 novembre 2016
Temps de lecture :

Le chef René Simon et le conseiller spécial Jack Picard ont dévoilé hier les détails des deux mises en demeure expédiées à Hydro-Québec.

Baie-Comeau – Sans surprise, les Innus de Pessamit ont fait parvenir ce matin (jeudi) deux mises en demeure au siège social d’Hydro-Québec. La première enjoint la société d’État d’interrompre immédiatement le rehaussement du réservoir Manicouagan. La seconde réclame le rétablissement du flot naturel de la rivière Betsiamites.

« On est rendus à un stade où Hydro-Québec doit reconnaitre qu’elle enfreint les lois provinciales et fédérales », a clamé le chef du conseil des Innus de Pessamit, René Simon, pour expliquer le dépôt des deux mises en demeure, adressées au pdg d’Hydro-Québec, Éric Martel, et au président d’Hydro-Québec production, Richard Cacchione.

Dans sa mise en demeure à propos du réservoir de Manic-5, Pessamit allègue qu’Hydro-Québec ne prend aucune mesure environnementale particulière pour gérer les impacts environnementaux du rehaussement du réservoir. Les Innus soutiennent entre autres qu’une cinquantaine de chalets de membres de la communauté seront ennoyés et que le niveau de méthyl-mercure dans l’eau du réservoir grimpera.

Qui dit vrai?

Surtout, les Innus assurent qu’ils n’ont jamais été rencontrés par Hydro-Québec dans ce dossier, même si la direction régionale de la société d’État affirme le contraire. « Pour ce qui est du rehaussement du réservoir, c’est le silence radio du côté d’Hydro-Québec. On ne les a jamais rencontrés là-dessus, ni à Pessamit ni ailleurs », fait valoir Jack Picard, conseiller spécial au secteur Ressources et territoire du conseil.

Quant à la mise en demeure sur la rivière Betsiamites, elle exige qu’Hydro « mette fin sans délai aux fluctuations de débit qui affectent la rivière et qu’elle en rétablisse le flot naturel ». On se rappellera que dans ce dossier, le conseil des Innus de Pessamit prétend que le fait que les centrales Bersimis-1 et Bersimis-2 soient utilisées comme centrales de pointe et que les variations de débit imposées menace le saumon de disparition.

Sur ce point, Hydro-Québec rétorque qu’elle a agi « dans le respect des cadres normatifs qui lui ont été imposés et s’est toujours montrée disposée à entretenir un dialogue avec le Conseil des Innus de Pessamit », a soutenu la porte-parole régionale au dossier, Julie Dubé. Pour ce qui est de la cinquantaine de chalets ennoyés, Mme Dubé dit qu’Hydro-Québec n’en a jamais été informé et qu’à leur connaissance, un seul chalet d’un citoyen de Pessamit sera touché. La cinquantaine de chalets qui se trouvent aux abords du réservoir Manicouagan sont enregistrés auprès de la MRC de Manicouagan, ajoute-t-elle.

Plus de détails dans la version papier

Partager cet article