Le début de saison du mont Ti-Basse déçoit

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 11 janvier 2017
Temps de lecture :
Les amateurs de glisse pour fréquenter le Mont Ti-Basse dès samedi matin.

Les récriminations des skieurs sont nombreuses en ce début de saison.

Baie-Comeau – La fermeture de la station de ski du mont Ti-Basse lors de la tempête de neige du 4 janvier a été la goutte qui a fait déborder le vase déjà trop plein pour certains skieurs. Le début de saison, qui s’annonçait plutôt magnifique en raison de l’impressionnante quantité de neige, déçoit.

Directrice de l’école de glisse du mont Ti-Basse, Nathalie Poitras dénonce les lacunes dans l’opération de la station au cours des dernières années et ce qu’elle qualifie de manque de préparation pour la saison 2016-2017. « Il y a un gros problème de planification et d’organisation. Il manque de tout. Il n’y a pas encore d’encre pour nos cartes de membres. Ils ont manqué de petites attaches en métal pour accrocher les billets », a cité en exemple la dame vendredi.

Du côté des pistes, les lacunes sont aussi nombreuses. Tout comme plusieurs autres adeptes de ski qui se sont exprimés sur la page Facebook de la Ville de Baie-Comeau, Nathalie Poitras considère anormal que toutes les pentes ne soient pas encore ouvertes avec toute cette neige tombée depuis la fin de novembre. Toujours en date de vendredi, six étaient accessibles, mais il manquait toujours les quatre autres du côté du T-bar. D’ailleurs, le 29 décembre, le T-bar n’était pas encore installé.

« On dirait qu’ils ne sont pas prêts à avoir de la neige. Il y a des années où on pouvait comprendre, car il n’y avait pas de neige. Mais cette année, on a de la neige à ne plus savoir quoi en faire et on a du monde. Les gens viennent et sont surpris de voir que toutes les pistes ne sont pas ouvertes. Cette année, il y a comme une frénésie, mais la station n’y répond pas », a laissé tomber celle qui skie depuis son enfance.

Tempête et fermeture

Nathalie Poitras et bien d’autres amateurs se demandent si la Ville de Baie-Comeau n’aurait pas pu rouvrir le centre pour la deuxième partie de la journée du 4 janvier puisque la tempête était terminée depuis l’heure du dîner. Les conditions de poudreuse après une tempête plaisent à plusieurs skieurs. Le damage quasi systématique de toutes les pentes du mont Ti-Basse fait d’ailleurs partie des récriminations de gens qui ne détesteraient pas avoir accès à une ou deux pistes avec des conditions de poudreuse.

Le mont Ti-Basse est en train de perdre des passionnés de ski, déplore la directrice de l’école de glisse. Les maniaques, comme elle les qualifie, sont nombreux à acheter leurs cartes de saison au mont Grands-Fonds à La Malbaie, au Massif à Petite-Rivière-Saint-François ou même du côté de Québec. Des familles entières partent les fins de semaine vers ces destinations.

Réactions

À la Ville de Baie-Comeau, on accueille les commentaires émis depuis une semaine, tout en y apportant des bémols.

Lors de journées de tempête, a indiqué le coordonnateur aux communications, Mathieu Pineault, la priorité va au déneigement des 125 km de routes de la ville avant de déplacer une équipe vers le chemin menant au mont Ti-Basse. Même si la neige cesse de tomber, le déneigement n’est pas terminé pour autant. « Le 4 janvier, nous n’aurions pas pu ouvrir en après-midi », a-t-il confirmé tout en soulignant qu’à l’avenir, « nous ajusterons nos communications sur l’état du centre de ski pour aviser la clientèle que nous anticipons une fermeture avant de confirmer officiellement la fermeture ».

Quant au fait que des pentes sont encore fermées à ce stade-ci de la saison, la Ville indique que la neige tombée a été principalement volatile et pas assez dense. Le vent en a aussi balayé une bonne quantité. Le haut de la pente 19 était encore sur le sable jusqu’à tout récemment.

Enfin, le système d’enneigement ne peut fonctionner que sur une montagne à la fois pour une raison de pression d’eau, ce qui explique que les pistes de la montagne 2 ne soient pas toutes ouvertes. D’ailleurs, si de la neige artificielle doit être fabriquée alors que l’hiver est exceptionnellement neigeux, c’est pour la nécessité d’avoir un fond de neige solide et stable. « La neige artificielle est plus résistante à la pluie et aux intempéries que la neige naturelle », a précisé M. Pineault.

Partager cet article