Pointe-aux-Outardes échappe au déclin démographique

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 15 février 2017
Temps de lecture :

Baie-Comeau – Le déclin de la population se poursuit sur la Côte-Nord, confirment les données du recensement de 2016 de Statistique Canada. Dans la MRC de Manicouagan, toutes les municipalités suivent la parade, sauf une, soit Pointe-aux-Outardes.

S’il y a un maire ravi aujourd’hui, c’est évidemment André Lepage, dont la municipalité se démarque de belle façon. Selon le dernier recensement, sa population a gagné deux personnes entre les recensements de 2011 et 2016 pour se fixer à 1332 citoyens. C’est peu, mais c’est tout de même mieux qu’une baisse.

« Les personnes âgées qui quittent pour le Château (Bellevue) sont remplacées par des familles. Actuellement, il y a encore des jeunes familles qui bargainent des maisons. On est obligés de changer le local de la bibliothèque, car il n’y a plus assez de place pour les tout-petits », souligne le maire, comblé de voir sa population rajeunir.

Selon lui, Pointe-aux-Outardes accueille des familles qui désertent Baie-Comeau ou d’autres municipalités de la MRC de Manicouagan. « C’est ça qui fait que la population se maintient et tend à augmenter. Je ne suis pas fâché que ça augmente au lieu de baisser », conclut celui qui dit se retrouver avec un heureux problème, soit la nécessité de faire du développement résidentiel.

Baie-Trinité écope

À l’extrême est de la MRC, la municipalité de Baie-Trinité est la plus lourdement touchée par la décroissance de sa population. Elle a baissé de 18,8 % entre 2011 et 2016 et se situe aujourd’hui à 407 âmes.

« C’est normal pour la simple et unique raison qu’il n’y a plus de travail dans le secteur. On essaie de garder nos emplois, mais c’est difficile », explique Yvan Chouinard, conseiller municipal et porte-parole de la petite localité.

Selon l’homme, le déclin démographique s’explique principalement par des décès chez les personnes âgées et non par des déménagements. Enfin, il rappelle que l’été, la population bondit avec les gens de l’extérieur qui reviennent à leur chalet et qui paient des taxes à la municipalité.

Baie-Comeau régresse

Le recul démographique est pire à Baie-Comeau (-2,6 %) que dans l’ensemble de la Côte-Nord (-2,4 %). La ville-centre de la MRC de Manicouagan compte 21 536 habitants, selon le dernier recensement. C’est 577 de moins qu’en 2011.

Le maire Claude Martel considère la situation tragique. Selon lui, l’arrêt de l’hémorragie passe par le développement économique. « Il faut être encore plus agressif dans le développement », affirme celui qui a attend avec impactience la première pelletée de terre du projet de Mason Graphite dans le parc industriel Jean-Noël-Tessier, à Baie-Comeau.

Selon l’élu, le gouvernement du Québec doit soutenir les régions avec la mise en place de mesures particulières. Elles ont besoin d’un coup de pouce pour freiner cet exode de leur population qu’elles connaissent toutes dans l’est du Québec. « On est abandonnées un peu et on est laissées à nous-mêmes », conclut-il.

Enfin, rappelons que la population de la Côte-Nord se situe aujourd’hui à 92 518 personnes, soit une perte de 2 248 citoyens en l’espace de cinq ans.

Partager cet article