Le congrès de médecine d’urgence en région est de retour

Par Steeve Paradis 12:00 AM - 19 août 2017
Temps de lecture :
Les exercices sur des cadavres sont l’une des particularités du congrès de médecine d’urgence en région des Escoumins, qui se tient cette année du 7 au 9 septembre.

Les exercices sur des cadavres sont l’une des particularités du congrès de médecine d’urgence en région des Escoumins, qui se tient cette année du 7 au 9 septembre.

Baie-Comeau – Devenu un événement incontournable pour de nombreux médecins de la province, l’équipe du pavillon des Escoumins du Centre de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord présente, pour une 13e année, son congrès de médecine d’urgence en région, qui se tiendra du 7 au 9 septembre.

Conçu spécifiquement pour les médecins de famille qui pratiquent dans les urgences des centres hospitaliers en région et qui n’ont ni les ressources ni les effectifs des grands centres, le congrès permet aux médecins de rafraîchir leurs connaissances et partager leurs expériences.

« Dans la plupart des régions, il y a peu ou pas de spécialistes et ce sont les médecins de famille qui tiennent les urgences », fait valoir le docteur Jonathan Aubert, médecin au pavillon des Escoumins et président du comité scientifique du congrès. « C’est donc important qu’ils soient les plus compétents possible et le congrès (leur donne) l’occasion de pratiquer des gestes ou des techniques qui ne font pas partie de leur quotidien. »

Parmi les conférences et ateliers au programme, on retrouve notamment les intoxications dues aux drogues de synthèse, le transfert de patients vers d’autres hôpitaux, la réparation de plaies et les embolies pulmonaires.

Une large place sera aussi faite aux ateliers sur les soins aux enfants afin de tirer profit de l’expertise des deux coprésidentes du congrès, la pédiatre urgentiste Nathalie Lucas et Renée Dumas, médecin d’urgence, qui pratiquent respectivement aux Centres hospitaliers universitaires Sainte-Justine et de Québec.

Question de voir un peu plus loin que la pratique quotidienne, le congrès présentera aussi un atelier sur l’organisation des soins et le rôle de l’urgence de l’hôpital en lien avec les pompiers ou la sécurité civile lorsque survient une catastrophe naturelle ou un désastre causant de nombreux blessés.

Activité de recrutement

Le congrès sert aussi d’activité de recrutement pour la Haute-Côte-Nord. Tout est mis en place pour « démontrer aux résidents et aux jeunes médecins que la pratique en région est stimulante et enrichissante », ajoute le Dr Aubert dans un communiqué.

Cet objectif a été vraisemblablement atteint car de nombreux médecins ont choisi de s’établir aux Escoumins et plusieurs petites salles d’urgence en région ont profité des retombées du congrès pour dénicher des candidats à leur tour, selon l’organisation de l’événement.

Le succès de ce congrès repose aussi sur l’engagement de la communauté, souligne l’équipe du pavillon des Escoumins. Les bénévoles sont toujours au rendez-vous pour accueillir les participants ou préparer les repas et les activités pour conjoints et enfants. Même les patients y mettent du leur en acceptant de se faire examiner durant ce 13e congrès de médecine d’urgence en région.

 

Partager cet article