Six mois de prison pour Sylvain Boissonneault

Par Steeve Paradis 12:00 AM - 23 août 2017
Temps de lecture :
Les policiers sont demeurés sur le qui-vive durant plusieurs heures. Photo Le Manic

Les policiers sont demeurés sur le qui-vive durant plusieurs heures. Photo Le Manic

Baie-Comeau – Un homme dans la cinquantaine a tenu en haleine les policiers durant près de 11 heures jeudi et vendredi en se barricadant dans son appartement de la rue De Puyjalon. Sylvain Boissonneault aura maintenant plusieurs semaines au centre de détention pour réfléchir à ses actes.

Il aura fallu l’arrivée du groupe tactique d’intervention de la Sûreté du Québec (SQ), en début de nuit du vendredi 18 aout, pour faire sortir l’individu de son logement. Le groupe tactique est entré dans l’immeuble vers 1h et quelques minutes plus tard, l’homme a été arrêté sans résistance et il a été conduit à l’hôpital Le Royer, à quelques mètres de là, pour une évaluation de son état de santé.

Sylvain Boissonneault a plaidé coupable lundi matin au palais de justice de Baie-Comeau à des accusations de menaces de causer la mort ou des lésions corporelles à des policiers et de possession d’arme dans un dessein dangereux. L’homme de 52 ans, qui a de nombreux délits mineurs à son actif, a écopé d’une peine de six mois de prison, suivie d’une période de probation de trois ans et d’une interdiction d’avoir une arme à feu en sa possession.

Rappelons que le siège de Boissonneault a débuté vers 14h30 jeudi, aux coins des rues De Puyjalon et des Épilobes, là où se trouve l’immeuble où il loge. Plusieurs véhicules de patrouille de la SQ sont rapidement arrivés sur place, bouclant le secteur quelques minutes plus tard.

Afin d’assurer la sécurité des citoyens avant tout, cinq immeubles à appartements et résidences unifamiliales ont été évacués autour de l’immeuble. Les locataires voisins de l’appartement où se trouve l’homme sont même sortis par la fenêtre du sous-sol.

Puis, ce fut l’attente durant de longues heures. Les résidents évacués ont dû se dénicher un endroit pour patienter tandis que plusieurs curieux s’étaient rendus sur place pour assister au dénouement de l’événement.

Ils n’ont plus rien eu à voir à compter de 21h30 alors que les lampadaires ont commencé à s’éteindre dans le secteur bouclé, pavant ainsi la voie à l’arrivée de l’escouade tactique.

Partager cet article