Québec ne divulgue rien dans le dossier Mason Graphite

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 30 septembre 2017
Temps de lecture :
Tel que le lui prescrit la loi, le ministre David Heurtel ne dévoilera pas l’identité du requérant d’une audience du BAPE sur le projet de Mason Graphite, ni les raisons qui ont motivé sa requête. Photo courtoisie

Tel que le lui prescrit la loi, le ministre David Heurtel ne dévoilera pas l’identité du requérant d’une audience du BAPE sur le projet de Mason Graphite, ni les raisons qui ont motivé sa requête. Photo courtoisie

Baie-Comeau – Il est hors de question que le ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, David Heurtel, dévoile quoi que ce soit à propos de la personne ou du groupe à l’origine d’une requête pour la tenue d’une audience publique sur le projet de Mason Graphite, requête retirée par la suite. Même chose pour les arguments invoqués.

C’est ce qu’a confirmé au Manic, vendredi, le porte-parole du ministère, Clément Falardeau.

Lors d’un point de presse tenu à la mi-septembre en prévision de la rentrée parlementaire à Québec, le député de la circonscription de René-Lévesque, Martin Ouellet, a souligné avoir entrepris des démarches avec le cabinet du ministre Heurtel. Loin de lui l’idée de vouloir connaitre l’identité de la personne ou des personnes, a-t-il précisé. Par contre, il voulait obtenir quelques informations liées au dossier.

Dans un premier temps, il souhaitait savoir si la demande d’audience publique a été initiée par une ou des personnes de la Manicouagan, de la Côte-Nord ou encore d’ailleurs au Québec.

Dans un deuxième temps, c’est l’essentiel des arguments qui l’intéressaient, même en l’absence d’audience publique. « On veut encore connaitre quels étaient les points qui ont achoppé pour que le ministre déclenche effectivement (…), parce qu’on veut savoir, lorsqu’on en aura un prochain (projet similaire), qu’est-ce qu’on n’a pas fait de bien », avait souligné M. Ouellet.

Dans les faits, la démarche entreprise auprès du cabinet du ministre visait à faire en sorte que, dans l’éventualité qu’un autre projet du même genre se pointe, la région agisse en leader et puisse s’assurer que tout le monde ait les réponses, avait insisté le député. S’il y a eu demande d’audience, c’est de toute évidence parce qu’une personne ou un groupe de personnes avaient encore des questions sans réponses.

Anonymat protégé

Selon le porte-parole du ministère, « l’anonymat des demandeurs d’audience est protégé jusqu’à ce que l’audience commence ». Comme il n’y aura pas eu d’audience dans le cas de Mason Graphite, aucune information ne peut donc être donnée quant à savoir l’origine du ou des demandeurs.

Quant au prétexte invoqué pour demander l’intervention du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement, il demeure confidentiel étant donné le retrait de la requête, a aussi confirmé M. Falardeau.

 

Partager cet article