Un mois de mars moins enneigé dans la Manicouagan

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 13 avril 2018
Temps de lecture :
La région Manicouagan a reçu moitié moins de neige qu’à l’habitude en mars. Photo Le Manic

La région Manicouagan a reçu moitié moins de neige qu’à l’habitude en mars. Photo Le Manic

Baie-Comeau – La région Manicouagan a reçu autour de 30 cm de neige en mars, soit la moitié moins qu’à l’habitude. Malgré tout, il en restait encore 76 au sol le 31 du mois, alors que la normale est de 46.

Selon Simon Legault, météorologue chez Environnement Canada, le peu de précipitations de neige observée en mars a marqué pratiquement tout le Québec. Dans l’est du Québec, le couvert de neige plus imposant que la normale est également répandu un peu partout sur le territoire.

S’il est plus imposant, c’est en raison de la combinaison de deux facteurs, souligne M. Legault. Dans la Manicouagan, on se souviendra que les quantités de neige qui sont tombées en décembre et en janvier ont été très imposantes. De plus, les températures des dernières semaines n’ont pas été suffisamment élevées pour faire disparaitre davantage cet or blanc qui fait la joie des amateurs de plein air, mais le désespoir de ceux qui détestent l’hiver.

Avant de voir fondre toute la neige reçue depuis la mi-novembre, les Manicois devront donc prendre leur mal en patience, car si le rideau s’est levé sur mars avec 86 cm de neige au sol, il est tombé avec à peine 10 cm en moins.

Douceur au menu

Du côté des températures, la douceur a été au rendez-vous de la première moitié du mois tandis qu’un léger refroidissement a marqué la seconde moitié. Du 16 au 31 mars, plusieurs nuits particulièrement froides ont fouetté la peau au sortir de la maison tôt le matin.

Des nuits autour de 15 ou 16 degrés Celsius sous zéro, il y en a eu quelques-unes.

Malgré tout, le mois marqué par le retour du printemps s’est conclu avec une température moyenne de 3 degrés sous zéro, comparativement à une normale de 6,5 degrés sous zéro. Un écart de 3,5 degrés, c’est majeur! « Plus on s’éloignait vers l’est, plus la température était au-dessus des normales », indique le météorologue.

Partager cet article