Baie-Comeau : hausse de 2,4 % du compte de taxes

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet
Baie-Comeau : hausse de 2,4 % du compte de taxes
Le maire de Baie-Comeau, Yves Montigny, est entouré du directeur général François Corriveau et de la trésorière et directrice des finances, Jeanie Caron, lors de la présentation des prévisions budgétaires 2019, effectuées lundi. Photo Le Manic

Baie-Comeau – La Ville de Baie-Comeau a adopté lundi ses prévisions budgétaires pour l’année 2019. Elles prévoient une hausse de 73 $ (2,4 %) du compte de taxes du propriétaire de la maison moyenne évaluée à 164 966 $, qui passera ainsi à 3 069 $.

Les élus baie-comois n’ont pas eu le choix de hausser le taux de la taxe foncière de 1,59 $ à 1,73 $ par tranche de 100 $ d’évaluation pour équilibrer les colonnes de revenus et de dépenses. Cet écart vise principalement à contrebalancer la baisse des valeurs inscrites au nouveau rôle triennal d’évaluation 2019-2021, à faire face à l’augmentation de certaines dépenses, mais aussi à permettre à la Ville de se donner les moyens de ses ambitions pour sa croissance économique.

Le maire Yves Montigny a bien expliqué que le taux de taxes neutre, sur lequel il faut se baser en raison de la diminution du rôle, se situait à 1,69 $ par tranche de 100 $ d’évaluation. Ce taux représente celui que la Ville aurait dû adopter pour maintenir son budget stable. Cependant, il a été décidé de faire passer le taux à 1,73 $.

Les propriétaires d’immeubles de six logements et plus subiront la même hausse que le secteur résidentiel, tandis que le taux de la taxe du secteur commercial bondira de 9 cents pour se fixer à 3,86 $ par tranche de 100 $ d’évaluation et celui du secteur industriel de 10 cents pour atteindre 4,23 $. Dans tous les cas, la facture augmentera de 2,4 %.

Pas moins de 37 % des quelque 7 000 contribuables baie-comois bénéficieront d’une baisse de leur compte de taxes. Dans les faits, pour les propriétaires de 82 % des résidences, il s’agira soit d’une diminution ou encore d’une hausse de moins de 200 $.

Bond des dépenses

Le budget de la prochaine année prévoit une hausse des dépenses de 6,6 M$ (10,1 %) pour atteindre le cap de 72,4 M$. Il faut cependant préciser que les deux tiers de l’écart s’expliquent par l’achat d’électricité pour répondre aux besoins de l’entreprise GPU.ONE, qui s’apprête à lancer les activités de son centre de données sur la rue William-Dobell.

Or, qui dit achat d’électricité, dit également revente, mais avec un profit. Ainsi, en 2019, Baie-Comeau devrait engranger des revenus additionnels de 800 000 $ provenant de la consommation de GPU.ONE. Et lorsqu’elle fonctionnera de façon optimale, le profit généré annuellement pourrait atteindre jusqu’à 1,2 M$.

Parmi les secteurs où les dépenses prévues sont à la hausse, on peut penser au coût de la masse salariale, qui bondit de 1,3 M$ en raison de la signature des conventions collectives des cols blancs et des cols bleus en 2018, en plus de celle du contrat de travail avec les cadres. Il y a aussi les 240 000 $ de plus destinés à l’achat de produits chimiques pour la nouvelle usine de filtration de l’eau potable.

L’augmentation de 155 370 $ de la quote-part pour les activités de la Régie de gestion des matières résiduelles de Manicouagan est également jugée substantielle. Selon le maire Montigny, ce bond fait partie des éléments qui sont hors du contrôle de la municipalité. « Clairement, il y aura une réflexion à faire. On ne peut pas demander à la Ville de compenser pour les pertes de la Régie année après année », a-t-il dit, après avoir noté que la hausse des quotes-parts des municipalités fait suite à la perte d’un contrat de l’organisme avec la Haute-Côte-Nord.

À la liste des activités qui coûteront plus cher, il y a aussi le budget réservé à l’enlèvement de la neige et de tout ce qui est entretien et réparation de la machinerie. Il passe de 3 228 000 $ à 3 997 000 $, une hausse de 769 000 $.

M. Montigny a rappelé l’impact budgétaire majeur de l’augmentation des précipitations de neige au cours des dernières années. À ce sujet, le directeur général François Corriveau a admis que lors de la préparation des prévisions budgétaires, la Ville avait souffert d’un optimisme démesuré.

Le surplus fond

Pour équilibrer son budget 2019 sans prendre ses contribuables à la gorge, la Ville prévoit utiliser 2 890 500 $ de son surplus cumulé, auquel il ne restera plus qu’un peu moins de 1,2 M$ au 31 décembre 2019. Pour équilibrer son budget 2018, c’est une somme de 3 962 000 $ qu’elle s’attend à aller chercher dans son surplus.

La situation a de quoi inquiéter, d’où l’importance, a insisté M. Montigny, de mettre toutes les énergies nécessaires pour assurer la croissance économique. Une enveloppe de 700 000 $ dédiée à cet effet est d’ailleurs incluse dans le budget pour une deuxième année consécutive.

Enfin, la dette à long terme de la municipalité devrait atteindre 96 263 951 $ au 31 décembre 2018. C’est près de 4 M$ de moins en un an. La dette à la charge des contribuables sera cependant moindre.

 

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des