Une importante vague d’amour déferle sur Claudia

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet
Une importante vague d’amour déferle sur Claudia
À 27 ans, Claudia Létourneau lutte pour sa guérison, avec le soutien financier de plusieurs citoyens. On l’aperçoit en compagnie de son petit garçon, Samuel, et de son conjoint François.

Baie-Comeau – D’une campagne de sociofinancement sur la plateforme GoFundMe à des tirages de cordes de bois, d’un abonnement au gym et de tableaux et à un spectacle country entre autres, les initiatives de financement se multiplient pour aider une jeune maman de Baie-Comeau, Claudia Létourneau, à garder espoir de guérir.

Âgée de 27 ans, Claudia Létourneau, notaire de formation, se bat depuis presque deux ans contre le pire des cancers de la peau, le mélanome métastatique. Dans les faits, elle lutte depuis la naissance de son enfant, Samuel, son diagnostic étant tombé deux jours plus tard. Son état de santé s’est beaucoup détérioré ces derniers mois, principalement en raison de métastases au cerveau et au foie.

« Son corps est fatigué, mais elle ne lâche pas. Elle garde espoir et continue de se battre », confie sa mère, Monique Bernatchez. Selon elle, les traitements conventionnels offerts au Québec ne peuvent plus rien pour sa fille, à moins d’un miracle. Par contre, du côté de Toronto en Ontario, une clinique spécialisée dans le cancer pourrait faire une différence. Au Mexique, des traitements intégratifs et complémentaires seraient également très prometteurs pour elle.

Dans un cas comme dans l’autre, il faut d’abord que sa santé lui permette de faire le voyage. Ensuite, elle doit avoir l’argent nécessaire pour s’y rendre et s’y faire soigner. Au Mexique, les trois semaines de traitements nécessaires coûteraient 33 000 $ en dollars américains, sans compter les coûts du transport par avion avec du personnel médical pour accompagner la malade, indique sa mère.

D’où l’enclenchement d’une immense vague d’amour et de solidarité pour celle qui veut vivre pour voir grandir son enfant. Grandement touchée, la jeune femme remercie régulièrement sur sa page Facebook, lorsque son niveau d’énergie le lui permet, les initiateurs de campagnes de financement.

Ça n’arrête pas

La campagne de sociofinancement sur Go Fund Me a été lancée le 22 mai avec un émouvant message de la jeune femme. « Je vous écris donc pour vous demander votre aide afin d’amasser la somme nécessaire pour me permettre de me déplacer et d’avoir accès à ces traitements. Je vais tout donner pour gagner cette grande bataille que la vie a mise sur mon chemin et pour voir mon Samuel grandir, accompagnée de mon conjoint François », y note Claudia Létourneau en guise de conclusion.

L’objectif de la campagne a été fixé à 90 000 $. À la fin de la semaine dernière, le cap des 34 000 $ était pratiquement atteint. Depuis son lancement, les activités de financement dans la communauté n’arrêtent pas. Dans de nombreux commerces, des boîtes de dons ont été placées afin d’encourager les clients à soutenir la jeune maman. Des amis, des connaissances ou de purs étrangers rivalisent d’ingéniosité pour amasser des fonds.

Au cours des deux dernières semaines, la malade a quitté l’Hôpital Le Royer pour un séjour à La Vallée des Roseaux dans le cadre de son service de répit. « Elle est en répit et non en fin de vie. Elle est bien encadrée et ça fait moins hôpital », souligne Mme Bernatchez.

La dame invite la population à continuer de soutenir sa fille. « L’argent, ça aide au moral. On voit le grand élan de solidarité et d’amour et ça aide à la motivation, car Claudia, il ne faut pas qu’elle perde espoir. Toutes ces personnes (les donateurs) sont derrière elle, solidaires », conclut-elle en insistant sur l’importance de ne pas « rester ici à attendre l’inévitable », si la possibilité de guérison existe, que ce soit en Ontario ou au Mexique.

Il y a un an

Rappelons qu’il y a un an jour pour jour ou presque, l’espoir était à son comble pour Claudia Létourneau qui venait de commencer des traitements d’immunothérapie auxquels elle répondait très bien.
Interpellée par le journal Le Manic lors du Relais pour la vie 2018, auquel elle participait comme porteuse d’espoir au sein de l’équipe PME Inter notaires, la jeune femme lumineuse se disait très confiante en parlant des résultats positifs déjà perceptibles.

« Quand on reçoit un diagnostic de cancer, il ne faut pas voir ça comme une fin, mais comme un nouveau début. On va voir la vie d’une nouvelle façon. Je pense qu’on savoure jute plus la vie et qu’il ne faut jamais perdre espoir », avait-elle alors déclaré.

Par la suite, elle avait encouragé les gens à se montrer généreux pour la recherche sur le cancer. «Je veux que ça continue (la recherche). L’immunothérapie, ça continue d’évoluer. Si mon traitement vient qu’à ne plus fonctionner, moi, je veux qu’il y en ait un autre, c’est pour ça que la recherche est très importante. (…) Moi, par exemple, cinq ans (de plus) dans ma vie, ça va changer beaucoup de choses. Si c’est cinq ans, c’est cinq ans, mais moi, je me dis que je vais être encore là dans 40 ans. Je vois ça très positif », avait-elle assuré en guise de conclusion.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des