Le défi du financement du Parc Nature

Photo de Steeve Paradis
Par Steeve Paradis
Le défi du financement du Parc Nature
On retrouve le directeur du Parc Nature, Denis Cardinal, Marie-Pierre Larouche d'Innovation et développement Manicouagan, le maire de Pointe-aux-Outardes, Serge Deschênes, le représentant de l’aluminerie Alcoa, Dominic Martin, et le préfet de la MRC de Manicouagan, Marcel Furlong, sur le nouveau trottoir de bois du marais salé. Photo courtoisie

Pointe-aux-Outardes – En dévoilant les nouveautés du site, le directeur du Parc Nature de Pointe-aux-Outardes, Denis Cardinal, n’a pas manqué de rappeler aux partenaires financiers sur place l’importance vitale du financement, une réalité qui touche à peu près l’ensemble des organismes à but non lucratif.

« Notre grand défi, c’est de trouver des partenaires pour avoir une récurrence de fonds, ce qu’on n’a jamais eu. Mais pour ça, il faut nous voir différemment. Pas comme un organisme qui quête de l’argent, mais comme un organisme qui fait rouler l’économie régionale », de lancer M. Cardinal.

Ce dernier dit rêver au jour où le Parc Nature se dénichera un mécène, prêt à accoler son nom à celui du site. « Ça ferait une méchante visibilité pour une organisation », laisse-t-il entendre, en soulignant qu’un organisme comme celui qu’il dirige « doit être évalué sur son impact dans son milieu plutôt que sur ses revenus ».

Mëme si son financement n’est pas récurrent, le Parc Nature peut compter sur de fidèles partenaires socioéconomiques et politiques, qui répondent présents à plusieurs des projets, a mentionné le directeur.

C’est pour cette raison qu’au cours des six dernières années, l’attrait touristique de Pointe-aux-Outardes a pu notamment se doter d’un jardin d’oiseaux, de nichoirs géants en guise d’hébergement, d’un site de camping ou encore d’une activité comme Wabush au pays des Innus, qui fait découvrir la Première Nation proche du parc, celle de Pessamit.

Hausse d’achalandage

Avec ces nouvelles infrastructures et activités, le Parc Nature a connu une progression fulgurante de son achalandage, à son échelle bien sûr. Au cours des dernières années, le nombre annuel de visiteurs est passé de 1 800 à 9 200 l’an dernier, une progression jugée « intéressante » par le directeur, mais qui rappelle que le parc a besoin plus que jamais de ses partenaires pour continuer à se développer.

Créé en 1986, le Parc Nature de Pointe-aux-Outardes compte sur son territoire huit écosystèmes différents. Il protège la faune et la flore du site et sensibilise les visiteurs à l’importance de leur protection.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des