L’UMQ demande au gouvernement de protéger l’aluminium

Par Steeve Paradis 3:03 PM - 11 Décembre 2019
Temps de lecture :

À la suite de la signature du nouvel Accord Canada-États-Unis-Mexique (ACÉUM), l’Union des municipalités du Québec (UMQ) demande au gouvernement du Canada de protéger l’aluminium en mettant en place le même régime réglementaire que l’acier.

Rappelons que pour éviter des frais de douanes, l’acier doit être fondu et coulé sur le sol de l’un des trois pays signataires de l’ACÉUM. Cette clause n’existant pas pour l’aluminium, l’importation d’autres pays comme la Chine sera possible, augmentant du même coup le bilan carbone du produit et menaçant des dizaines de milliers d’emplois au Québec.

« Chez nous, à moins de deux semaines de Noël, c’est le genre de cadeau dont on aurait pu se passer », a soutenu le maire de Sept-Îles, Réjean Porlier, aussi président du caucus de la Côte-Nord au sein de l’UMQ. « Nous demandons, mes collègues mairesses, maires et moi, que le gouvernement du Canada éclaircisse immédiatement la situation et fasse part de ses intentions. Pour l’UMQ, l’aluminium doit bénéficier des mêmes protections que l’acier », a-t-il ajouté.

« Dans l’attente d’en savoir davantage sur les dispositions modifiées de l’ACÉUM, je demeure inquiète des impacts sur l’économie du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Après l’aérospatiale, l’aluminium est le deuxième secteur économique en importance au Québec. Huit des neuf usines au Canada sont ici, dans nos régions. Ça représente près de 10 000 emplois directs, 20 000 emplois indirects et des exportations de plus de 8,3 milliards $ par année », a ajouté Josée Néron, trésorière de l’UMQ et mairesse de Saguenay.

Partager cet article