COVID-19 : l’analyse des tests de dépistage maintenant effectuée dans la région

Photo de Johannie Gaudreault - Initiative de journalisme local
Par Johannie Gaudreault - Initiative de journalisme local
COVID-19 : l’analyse des tests de dépistage maintenant effectuée dans la région

L’analyse des tests de dépistage de la COVID-19 se réaliseront désormais dans la région, soit aux laboratoires Opti-Lab de Baie-Comeau et de Sept-Îles, ce qui permettra « de réduire les délais considérablement », d’annoncer le Dr Richard Fachehoun, médecin-conseil à la direction de la Santé publique de la Côte-Nord, lors du point de presse du CISSS tenu le 21 avril par Zoom.

En ce moment, les résultats sont reçus dans un délai d’environ trois à quatre jours. « Avec les nouveaux laboratoires, une personne de Baie-Comeau ou de Sept-Îles pourrait recevoir son résultat dans la même journée. Ce sera très rapide », promet le médecin.

Sans vouloir s’avancer sur le nombre de tests pouvant être analysés quotidiennement par chacun des laboratoires, le Dr Fachehoun précise tout de même que la capacité « dépendra des ressources humaines disponibles » et qu’il ne doute pas qu’ils pourront « fournir à la demande ».

Si jamais ce n’était pas le cas et qu’une situation particulière demandait le passage d’un grand nombre de tests, la région se tournerait vers Chicoutimi.

Déconfinement

De plus, être en mesure de réaliser l’analyse des tests de dépistage dans la région aidera au déconfinement graduel qui débutera prochainement. « Nous serons capables de détecter précocement des cas et ainsi, limiter la propagation de la COVID-19 aux personnes vulnérables », a fait savoir Dr Richard Fachehoun.

Ce déconfinement, qui fait peur à plusieurs, sera planifié en étroite collaboration avec les élus de la Côte-Nord tout en s’arrimant avec les recommandations du gouvernement provincial.

D’ailleurs, certaines activités du CISSS de la Côte-Nord pourraient reprendre au cours des prochains jours et des prochaines semaines. « Les priorités vont aller pour les services urgents ou semi-urgents. Nous sommes en analyse présentement », a souligne Dyane Benoît.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des