COVID-19 : reprise à la scierie et arrêt maintenu à la papetière de Résolu

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet
COVID-19 : reprise à la scierie et arrêt maintenu à la papetière de Résolu
Avant que les cheminées de la papetière de Baie-Comeau laissent échapper des nuages de vapeur, il faudra que les marchés se replacent quelque peu.

Les employés de Scierie des Outardes (SDO) sont de retour au travail depuis lundi après un arrêt de deux semaines, mais leurs collègues de la papetière de Baie-Comeau devront patienter encore et espérer que les marchés se replacent.

Porte-parole de Produits forestiers Résolu (PFR), propriétaire des deux usines de la Manicouagan, Karl Blackburn confirme que pour la papetière, « c’est encore le statuo quo, c’est encore l’arrêt », mais assure que la situation est analysée quotidiennement.

Le ronronnement des deux machines à papier s’est tu le 28 mars, forçant 234 travailleurs à aller grossir les rangs des bénéficiaires de la Prestation canadienne d’urgence. Pourtant, PFR avait réussi à faire inscrire la production de papier journal à la liste des secteurs essentiels lors de la mise sur pause du Québec le 23 mars.

Cependant, le marché du papier journal était déjà très difficile avant et la crise de la COVID-19 a exacerbé la faiblesse de la demande. « Le déclin de la demande de papier journal est accéléré par la situation de la COVID-19. C’est vraiment en raison des marchés que notre décision a été prise et que l’arrêt est maintenu », indique M. Blackburn.

Il rappelle que les impacts de la crise sanitaire sur l’économie s’étend à toute la planète. « Le ralentissement qui se vit au Québec, c’est le même que partout dans le monde. Les marchés outre-mer, en Europe, en Inde, sont durement affectés. Ce sont les marchés qui vont déterminer la suite des choses », poursuit-il en rappelant que la papetière de PFR à Amos, qui poursuivait sa production, est également en arrêt depuis la semaine dernière.

Malgré la suspension des opérations à Baie-Comeau, quelques expéditions ont été faites, admet le porte-parole. « Des restes de commandes ont été expédiés. Avec les inventaires qu’on a, c’est amplement suffisant pour faire face à la demande. »

Chez SDO

À l’usine de sciage de Pointe-aux-Outardes, qui compte quelque 180 travailleurs, l’arrêt de production se sera donc limité à deux semaines. Il a permis de réduire les inventaires.

Selon M. Blackburn, plusieurs producteurs de bois d’œuvre ont été forcés d’arrêter leurs lignes de sciage, même si le secteur était également considéré comme essentiel par le gouvernement du Québec pendant la mise sur pause.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires