Yvon Côté court un marathon en solo sur la piste d’athlétisme

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet
Yvon Côté court un marathon en solo sur la piste d’athlétisme
Yvon Côté a couru un marathon en solo sur la piste d'athlétisme du stade des Baies, samedi. Il a enfilé 105,5 tours pour atteindre la fameuse distance de 42,24 km.

L’athlète Yvon Côté vient d’ajouter un autre marathon à sa fiche, un marathon bien particulier qu’il a couru en solitaire sur la piste d’athlétisme du stade des Baies à Baie-Comeau.

Sur le coup de 6 h 15 le samedi 25 juillet, le coureur s’est élancé sur le parcours. Après trois heures et 27 minutes, il sablait le champagne : sa distance de 42,24 kilomètres était franchie.

« Je m’étais mis trois heures trente », raconte celui qui aura finalement retranché trois minutes à son objectif. « Trois heures trente, c’est cinq minutes du kilomètre, donc deux minutes du tour. » Et des tours de piste, le père de la coureuse et espoir olympique Laurence Côté en aura fait 105,5, rien de moins.

Il faut toute une force mentale pour courir un marathon sur un circuit de 400 mètres. Mais, comme le dira Yvon Côté, le site choisi avait aussi des avantages, comme une surface plutôt molle qui permet d’éviter les blessures et un point de ravitaillement garanti aux moments nécessaires pour lui.

Les origines

Mais d’où vient cette idée de se taper 42,24 km en solo sur une piste d’athlétisme? L’athlète explique s’être lancé en décembre 2019 dans un programme d’entraînement avec l’ex-Baie-Comois Philippe Dumont afin de participer au marathon d’Ottawa en mai dernier. Il était aussi inscrit au marathon Desjardins de Baie-Comeau de juillet.

Or, pandémie oblige, les deux événements ont été annulés. Yvon Côté s’est dit que tant qu’à avoir commencé l’entraînement, il le terminerait et le courrait son marathon. Samedi, c’était le grand jour pour lui.

Au départ, l’athlète visait courir dans les rues du secteur Marquette et compter sur les ravitaillements à son domicile de l’avenue Père-Arnaud. Cependant, les travaux majeurs de réfection de l’artère rendaient son projet difficile à réaliser.

C’est à ce moment-là que la piste d’athlétisme s’est imposée comme une bonne solution de rechange.

Yvon Côté est fier de son marathon, mais encore plus d’avoir réalisé le plan d’entraînement qui l’a précédé. « Je n’ai pas forcé tant que ça, donc je ne suis pas défait aujourd’hui (dimanche). »

D’ailleurs, dans les heures qui ont suivi son épreuve, il a enfourché son vélo, histoire de faire bouger son chien. Le lendemain, il a ajouté 16 km de marche en forêt avec sa conjointe. Quel athlète tout de même!

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des