Devant le tollé, le maire Montigny reporte le projet de place publique à 2022

Par Charlotte Paquet 4:33 PM - 07 octobre 2020
Temps de lecture :

Le maire Yves Montigny repousse à 2022 au moins le projet d’une place publique dans le secteur Mingan. Capture vidéo

Devant le tollé soulevé au sein de la population, le maire de Baie-Comeau décide de repousser de 2021 à 2022 l’aménagement d’une place publique dans le centre-ville du secteur Mingan. Plus question, donc, de voir l’adoption d’un règlement d’emprunt du montant de 1 827 500 $ inscrit à l’ordre du jour de la prochaine séance du conseil municipal.

Dans une vidéo partagée sur les réseaux sociaux mercredi après-midi, le maire explique sa décision aux citoyens.

« J’ai écouté le monde. J’ai entendu ça. Parfait, je repousse ça à 2022 au moins », souligne Yves Montigny au Manic au bout du fil. Cela signifie que le projet ne verra pas le jour dans son mandat actuel, même s’il faisait partie de ses engagements électoraux.

On se souviendra qu’en séance extraordinaire lundi, les élus municipaux ont procédé à l’adoption d’un avis de motion concernant le futur règlement d’emprunt, mais deux conseillers s’y sont opposés, soit Martine Salomon et Réjean Girard. Normalement, le règlement aurait dû être adopté à la séance ordinaire du 21 octobre, permettant ainsi de respecter l’échéancier d’une première pelletée de terre à l’été 2021.

Depuis mardi, M. Montigny affirme avoir consulté plus d’une centaine de personnes par différents moyens. De façon générale, elles considèrent que ce n’est pas le bon moment pour se lancer dans un tel projet. Il dit s’être fait répéter à maintes reprises : « Pourquoi tu ne le fais pas en 2022?»

Pourtant, rappelle le maire, il a toujours été entendu que sans une aide financière gouvernementale couvrant autour de 80 % du coût, la place publique ne se réaliserait pas. « Ce n’est pas très bien compris, y compris par les gens très proches de moi », fait-il remarquer.

L’élu constate aussi qu’au sein de la population, la période d’insécurité actuelle liée à la pandémie n’est pas idéale pour la poursuite des différentes étapes du projet de place publique, même si sa pertinence n’est aucune mise en cause. Si les conseillers représentant les quartiers Saint-Georges et Mgr-Bélanger ont voté contre, c’est d’ailleurs pour une raison de période non propice, rappelle-t-il aussi.

« Je ne renonce pas au projet. Je veux simplement le replacer. Dans mon calendrier, mon objectif de 2021 s’est changé pour 2022. J’ai écouté beaucoup, j’ai consulté beaucoup », conclut celui qui n’a jamais caché son intention de demander un deuxième mandat aux élections de l’automne 2021.

On se souviendra qu’en avril dernier, le maire avait utilisé son droit de veto suspensif pour annuler les nouvelles modifications au règlement sur la paix, le bon ordre et la sécurité publique adoptées par le conseil municipal. Décriés par de nombreux citoyens, ces changements accordaient des pouvoirs accrus à l’Escouade COVID-19 qui pouvaient aller jusqu’à la remise de constats d’infraction.

Partager cet article