Une soirée commémorative pour Joyce Echaquan à Papinachois jeudi

Par Charlotte Paquet 10:50 AM - 07 octobre 2020
Temps de lecture :

La soirée commémorative du décès de Joyce Echaquan se tiendra sur le site de Papinachois jeudi à compter de 17 h. Photo courtoisie

Une soirée commémorative pour la mort de Joyce Echaquan se tiendra le jeudi 8 octobre, à compter de 17 h, sur le site de Papinachois. Les citoyens de Forestville à Baie-Comeau sont invités à se rassembler pour démontrer leur solidarité à l’égard de tous les peuples autochtones.

Initié par Kim Picard, de Pessamit, l’événement est organisé avec la collaboration de Lumière Boréale Calacs Baie-Comeau.

Joyce Echaquan, c’est cette femme de 37 ans et mère de 7 enfants, de la communauté atikamekw de Manawan, qui est décédée à l’hôpital de Joliette, à la fin septembre, dans un climat empreint de propos racistes tenus par des membres du personnel. Elle s’était filmée et avait partagé la vidéo sur Facebook peu de temps avant de mourir.

Comme l’explique l’intervenante Laury Boulianne, le Centre d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (Calacs) travaille beaucoup avec la communauté innue de Pessamit et c’est dans le cadre de son volet de défense des droits qu’il collabore à l’événement de jeudi.

« On aimerait ça que les autochtones et les allochtones travaillent ensemble pour enrayer la discrimination et le racisme. Ce n’est pas tous les allochtones qui sont racistes. On trouve que c’est important de participer demain et de démontrer notre solidarité », indique Laury Boulianne.

Cette dernière l’avoue : « On ne peut pas réparer ce qui a été fait envers Joyce Echaquan, mais c’est une façon de dire qu’il ne faut pas fermer les yeux. On veut mettre fin au racisme systémique et à la discrimination. On est tous égaux. »

Symbolisme

Le site de Papinachois a été choisi pour la tenue de la soirée commémorative parce que son étendue permettra le respect de la distanciation physique, mais aussi parce qu’il la rivière du même nom y coule et l’eau représente la guérison chez les peuples autochtones.

Les participants sont invités à se présenter avec leur masque, une chandelle, une chaise pliante et se vêtir en violet ou en mauve. Ils devront aussi respecter la distanciation de deux mètres.

Après une prière d’ouverture, il y aura des allocutions de gens de Pessamit et de Baie-Comeau, deux chants traditionnels au tambour par Grégoire Canapé, l’interprétation par Jean-Luc Kanapé d’une chanson composée spécialement pour Joyce Echaquan et la soirée prendra fin avec une envolée de lanterne.

Partager cet article