Un deuxième conte pour Styves Griffith

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet
Un deuxième conte pour Styves Griffith
Styves Griffith est fier de la parution de son deuxième conte, Antoine et Alyson contre la Faim-fin du monde. Photo courtoisie

Styves Griffith lance un deuxième conte pour enfants. Avec Antoine et Alyson contre la Faim-fin du monde, il aborde le thème des changements climatiques d’une façon amusante et avec des personnages plutôt colorés.

Le résident de Baie-Comeau, grand-papa de deux petits-enfants qui portent les mêmes prénoms que ses héros, récidive donc un an après la parution de son premier conte, coiffé du titre Antoine et Alyson à sept heures.

L’auteur est de retour avec un autre de ses personnages fétiches, bonhomme Sept-Heures, mais les jeunes lecteurs découvriront aussi Monsieur Pro Grès, Allien Nez ainsi que Printemps Mieux, Été Âtre, Automne Air et Hiver Ritable, les quatre saisons.

À coup de multiples jeux de mots, l’histoire tourne autour de la crise « cri-moustique » (pour climatique) qui rend les saisons malades, au grand dam d’Antoine, de sa sœur Alyson et de bonhomme Sept-Heures. Après quelques péripéties, Monsieur Pro Grès et Allien Nez interviendront pour garder la planète en santé.

La ville de Baie-Comeau a une belle vitrine dans le conte puisque l’action se déroule du parc des Pionniers au mont Ti-Basse en passant par l’hôtel Le Manoir. La Côte-Nord et sa route des Baleines sont également présentes.

Une responsabilisation

Styves Griffith prend bien soin de ne pas pointer du doigt des coupables à cette fameuse crise « cri-moustique ». Il dirige plutôt l’attention sur l’importance de « se responsabiliser ensemble en respectant les personnalités de chacun », explique-t-il.

Pourquoi aborder le thème des changements climatiques? « Parce que beaucoup de jeunes en parlent et c’est la réalité. C’est le sujet qui m’est venu spontanément en tête », répond-il.

L’auteur l’avoue : ses petits-enfants, qui habitent à Québec, sont bien contents de la sortie de ce deuxième conte dans lequel les héros portent leurs noms. « C’est pas tous les enfants du monde qui ont des contes à leurs noms », lance le grand-père en riant.

Antoine et Alyson contre la Faim-fin du monde est dédié à Alicia, une fillette de Baie-Comeau qui, lors d’une rencontre faite par hasard dans un Tim Hortons, est devenue la première enfant à se faire raconter le conte. « Elle a été mon premier public. Je venais de le terminer », indique Styves Griffith.

L’auteur espère avoir la possibilité un jour d’être à nouveau accueilli dans des écoles afin de lire son conte aux jeunes, même si le contexte sanitaire actuel ne le permet pas. Le contact des élèves à qui il a fait la lecture du premier conte l’a emballé. « Les enfants ont eu des réactions sans arrêt et ils m’ont posé des questions », conclut-il.

Le conte est disponible à la librairie A à Z à Baie-Comeau.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires