Aide en temps de pandémie : le Bloc d’accord, mais à ses conditions

Par Steeve Paradis 2:04 PM - 08 Décembre 2021
Temps de lecture :

La députée Marilène Gill et le chef du Bloc Yves-François Blanchet ont fait connaître au gouvernement libéral à quelles conditions le parti donnera son appui au projet de loi C-2. Photo archives

Le Bloc québécois se dit prêt à appuyer le projet de loi C-2 présenté par le gouvernement de Justin Trudeau afin de prolonger l’aide financière en temps de pandémie, mais il fixe trois conditions à cet appui.

La première de ces propositions est de donner un engagement immédiat aux travailleurs autonomes des arts et de la culture. Le Bloc demande ensuite à la ministre des Finances, Chrystia Freeland d’adapter les mesures d’aide comprises dans le projet de loi « afin de répondre aux besoins des autres industries actuellement écartées du soutien fédéral, par exemple l’aérospatiale, si la nécessité en est démontrée ».

Finalement, le parti demande au gouvernement de cesser « d’affliger les travailleurs aînés prestataires du supplément de revenu garanti (SRG) en considérant la PCU (prestation canadienne d’urgence) comme un revenu d’emploi pour le calcul du SRG ».

Selon le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, son parti est dans l’ensemble favorable au projet de loi C-2, mais propose des améliorations, « car des pans importants de notre économie et bon nombre de travailleurs sont laissés en plan, voire pris à partie, par Ottawa », lance-t-il dans un communiqué du parti.

Pour sa part, la députée de Manicouagan Marilène Gill soutient dans le même communiqué qu’une réponse positive de la ministre Freeland « ferait du Bloc un partenaire fiable afin que C-2 soit adopté à temps, malgré la fin de session qui arrive à grands pas. »

Partager cet article