Oleg Timchenko, un ex-Drakkar au cœur du conflit en Ukraine

Par Steeve Paradis 2:29 PM - 02 mars 2022
Temps de lecture :

Oleg Timchenko derrière le banc de l’équipe qu’il dirige à Kharkiv. Photos courtoisie

Oleg Timchenko, la première vedette offensive de l’histoire du Drakkar de Baie-Comeau, est l’un des nombreux Ukrainiens dont la vie est bouleversée par l’invasion de son pays par l’armée russe. Le hockeyeur craint bien sûr pour sa famille, dont il est isolé, et tient particulièrement à ce que la planète sache qu’ils sont agressés par les Russes.

À l’époque où il évoluait à Baie-Comeau, Timchenko et sa conjointe Irina demeuraient chez Hélène Leblanc et son conjoint. Depuis le début de l’offensive russe en Ukraine, ils sont en lien constant plusieurs fois par jour, quand les communications le permettent.

« Quand on a vu pour la guerre en Ukraine, j’ai décidé de reprendre contact avec Oleg, à qui je n’avais pas parlé depuis 23 ans, soit depuis qu’il avait quitté Baie-Comeau. Il était vraiment content qu’on le contacte », a indiqué Mme Leblanc au Manic.

Selon cette dernière, les Timchenko sont vraiment au cœur de la tourmente. Oleg se trouve à Kharkiv, sa ville natale, où il occupe un poste d’entraîneur-chef d’une équipe senior. Quant à sa femme Irina et leurs trois enfants, ils doivent se réfugier au sous-sol de leur immeuble d’appartement à Kiev afin d’échapper aux bombardements. Un immeuble tout près du leur a d’ailleurs été lourdement endommagé par une bombe.

Cet immeuble, situé tout près de celui où sont réfugiés la femme de Timchenko et leurs trois enfants, a été bombardé, faisant craindre le pire à l’ex-joueur du Drakkar.

À leur reprise de contact, Hélène Leblanc a demandé à Timchenko s’il avait besoin d’argent ou d’autres ressources. « Il m’a dit que ça allait pour l’instant, que le peuple s’entraide et qu’il ne manque pas encore de denrées mais qu’elles diminuaient rapidement », a-t-elle confié.

Mme Leblanc lui a également offert de revenir au Canada afin d’éviter l’horreur mais, on le comprendra bien, il est actuellement impossible de quitter l’Ukraine. « Mais dans le tempérament d’Oleg, je crois savoir qu’il voudra rester jusqu’au bout pour vaincre en compagnie de ses compatriotes », a indiqué la dame dans une publication Facebook.

La seule demande d’Oleg Timchenko est de prier pour eux, a assuré Hélène Leblanc. « Il veut vraiment faire savoir que Poutine (Vladimir, président de la Russie) est un despote. Il veut dire également que les Russes tirent sur des civils, malgré ce qu’en dit la propagande. »

Oleg Timchenko a disputé 98 rencontres dans l’uniforme du Drakkar. En 1997-1998, il avait récolté 65 points en 54 matchs. L’année suivante, il avait fait encore mieux avec 59 points en seulement 44 parties. Il a été cédé aux Huskies de Rouyn-Noranda, là où il avait débuté son stage junior majeur, en retour de Jérôme Bergeron.

Baie-Comeau avait fait son acquisition des Huskies l’année précédente en retour d’un choix de troisième ronde, avec lequel Rouyn-Noranda avait repêché le Septilien Patrick Gilbert.

Partager cet article