Redécouvrez la Haute-Côte-Nord!

Par 12:00 AM - 06 août 2016
Temps de lecture :

Nous vous partageons ici un dossier touristique réalisé par la journaliste Jacqueline Richer pour le Journal-Haute-Côte-Nord. Vous y trouverez plein d’idées pour vos escapades estivales! 

Colombier

Colombier – Située à l’extrémité est de la MRC de La Haute-Côte-Nord, la municipalité de Colombier doit son développement à la crise économique des années 30 alors que les autorités gouvernementales ont mis de l’avant la colonisation afin de résoudre le chômage qui frappait de plein fouet la population québécoise. Son nom rappelle la mémoire de Charles-Roger des Colombiers (1628-1687), commerçant de fourrures, bourgeois et échevin de Québec au temps de Frontenac, qui était concessionnaire d’un arrière-fief sur ce territoire en 1677.

Les incontournables :

La chapelle des Îlets-Jérémie

La chapelle des Ilets-Jérémie est un lieu de pèlerinage dédié à Sainte Anne. Construite en 1939 sur le modèle de la petite chapelle de Tadoussac, elle abrite l’ancien autel et la croix du clocher. Les pèlerins participent aux célébrations de la neuvaine, du 17 au 26 juillet. Pendant cette période, l’animation du site est assurée par l’abbé Antonio Laflamme, entouré de bénévoles. Horaire : mi-juin à mi-août, tous les jours.

Projet de culture des parcelles non constructibles

Afin de mettre en valeur les terrains en friche et non constructibles appartenant à la municipalité de Colombier, il a été décidé que ces terrains seraient utilisés pour la culture de petits fruits comme l’argousier et le camerisier, qui sont faciles à cultiver, très recherchés et rapidement rentables. Une serre de 30 pieds par 32 pieds a été installée ce printemps, où on y cultive tomates, concombres et piments. La première récolte se fera à l’automne. Et chaque année, de nouveaux terrains seront cultivés (fraises, framboises, lavande, tournesol, etc.

Ce projet est écologique puisque l’eau de pluie est récupérée, et l’utilisation de compostage local permettra aux résidents de se procurer des aliments frais, biologiques et sans se déplacer très loin. Il est également créateur d’emplois puisque plus la culture prendra de l’ampleur, plus le nombre d’employés devra augmenter.
En créant une image de marque pour le village, ce type de culture pourra inspirer d’autres municipalités à le faire. Le sentiment d’appartenance des citoyens en est renforcé grâce à la création d’emplois locaux, et de nouvelles familles pourront venir s’installer à Colombier en raison des emplois et du dynamisme du milieu. Les jeunes seront peut-être plus intéressés à demeurer dans leur municipalité, car c’est une bonne façon de rassembler les résidents autour d’un même projet.

Le Sentier pédestre 4 saisons de Colombier

Comme la municipalité de Colombier prend part à la démarche MADA (municipalité amie des aînés), l’aménagement d’un sentier pédestre quatre saisons au cœur du village était une avenue intéressante. Cette infrastructure permet aux personnes âgées de continuer d’être actives et de profiter du plein air. Le nouvel aménagement est facilement accessible à toute la population et son usage est interdit aux véhicules tout-terrain et motoneiges pour des raisons de sécurité. Les randonneurs peuvent parcourir une boucle de deux kilomètres. Cette année, devrait être installé un banc à la moitié du trajet ainsi qu’un bain pour les oiseaux.

Sources : Commission de toponymie du Québec, la Mémoire du Québec, Municipalité de Colombier


Les Bergeronnes

1024px-Vue_bergeronnes

Les Bergeronnes – Alors que déjà en 1626, Samuel de Champlain utilise les toponymes « les Bergeronnettes », « la pointe des Bergeronnes » et « [le] cap des Bergeronnes », Monseigneur René Bélanger souligne dans ses écrits, que ce lieu fut baptisé Bergeronnettes par Champlain, qui a probablement pris nos alouettes pour les bergeronnettes de France. Toujours est-il que Les Bergeronnes a toujours été considérée, et ce à juste titre, comme le haut lieu de l’enseignement jumelé à une promotion de la culture sous toutes ses formes.  

Les incontournables :

Le Centre d’interprétation et d’observation de Cap-de-Bon-Désir

Au Centre d’interprétation et d’observation de Cap-de-Bon-Désir, Parcs Canada vous invite à profiter d’un point de vue exceptionnel pour observer les baleines. Le Centre d’interprétation et d’observation de Cap-de-Bon-Désir borde le parc marin du Saguenay—Saint-Laurent où vivent de nombreux mammifères et oiseaux marins. On peut y admirer les petits rorquals, phoques et bélugas qui s’approchent du rivage. Le Cap de Bon Désir offre un tel panorama sur le Saint-Laurent qu’on y a érigé un phare en 1941. L’exposition « Cap sur l’observation! » permet de connaître l’histoire du phare racontée par ses gardiens et en apprendre plus sur la navigation.

Festival de la baleine bleue

La 39e édition du Festival de la Baleine bleue des Bergeronnes se teindra du 5 au 7 août. Lors du Festival de la Baleine bleue, les festivaliers, composés de résidents de la municipalité et des environs, et des touristes en visite, assistent à une foule d’activités. Un incontournable auquel participe la majeure partie du village, est sans contredit la parade le long des rues des Bergeronnes avec la mascotte du Festival Pipounapi et de nombreux chars allégoriques. Des soirées dansantes, spectacles, jeux, souper champêtre, rallye et plusieurs autres divertissements sont au programme du premier festival de la Côte-Nord.

Le Centre Archéo Topo

Sous le thème « Il y a 9 000 ans qu’on attend votre visite… », le centre a répertorié 1300 sites archéologiques pour 1200 kilomètres de rivages. La région de la Côte-Nord est une des plus riches régions en archéologie du Québec. Le Centre Archéo Topo raconte le peuplement de la Côte-Nord dès l’arrivée des premiers autochtones jusqu’à nos jours. Prendre note que le Mois de l’archéologie se déroulera du 1er au 31 août 2016.

Sources : Municipalité des Bergeronnes, Festival de la Baleine Bleue , Le Centre Archéo Topo, Commission de toponymie du Québec.


 Sacré-Coeur-sur-le-Fjord-du-Saguenay

sacré-coeur

Sacré-Cœur – À une quinzaine de kilomètres au nord-ouest de Tadoussac et à 29 km des Bergeronnes, on retrouve la municipalité de Sacré-Cœur, laquelle donne accès à la région du Saguenay. Érigée sur un étroit plateau et bordée de montagnes, elle constitue le point de convergence de nombreuses activités touristiques axées sur le nautisme, notamment  grâce à la magnifique baie de l’Anse-de-Roche.

Les incontournables :

Le Centre de découverte et de services Le Béluga

Dans le secteur de la Baie Ste-Marguerite, on plonge le visiteur dans l’univers fascinant de cet animal si attachant. Le site du Belvédère propose un rendez-vous assuré avec les bélugas. Compte tenu que la Baie Sainte-Marguerite symbolise l’espace pionnier des premiers gens de Sacré-Cœur, on y retrouve de l’animation théâtrale à propos de l’époque du moulin à scie et un sentier de découverte autoguidé, qui relate, tel un livre ouvert, les souvenirs d’hier.

Ferme 5 étoiles

Une formule unique qui permet aux visiteurs d’admirer des animaux sauvages en liberté dans une ferme touristique comprenant 32 espèces d’animaux (orignal, loups, bisons, chevreuils, etc.) qui offre un contact unique avec la nature. Possibilité de nourrir les animaux et de cueillir les œufs le matin. La ferme offre aussi toute une série d’activités, telles la promenade en VTT, en kayak, en canot ou à pied.

L’Anse-de-Roche

Ce hameau d’une beauté à couper le souffle, représente un espace humanisé sur le Fjord. Enclavé, l’Anse-de-Roche profite d’un microclimat chaud propice aux activités de plein air et de détente. L’Anse-de-Roche, c’est une ouverture sur le Fjord avec un accès unique au Saguenay. Les infrastructures du parc touristique de l’Anse-de-Roche offrent de superbes points de vue et panoramas, un coucher de soleil formidable, ainsi que des activités de nautisme, d’observation et d’interprétation.

Le Pont couvert Louis-Gravel

Construit en 1934, il a été nommé ainsi à la mémoire de Louis Gravel qui s’installe à l’embouchure de la rivière Ste-Marguerite en 1842. Il traverse la rivière Ste-Marguerite, et a dû subir de nombreuses reconstructions à travers les années.

Sources : Municipalité de Sacré-Cœur , Commission de Toponymie du Québec, La Mémoire du Québec , Ferme 5 Étoiles, Ponts couverts, SEPAQ


Tadoussac

Tadoussac_-_QC_-_Alte_Kapelle

Tadoussac – Dotée d’un décor exceptionnel fait de montagnes et d’eau, de roc et de verdure, Tadoussac constitue le seuil de la région de Manicouagan et l’entrée du fjord du Saguenay. Dès les temps anciens, l’endroit était connu. Dénommé par les Innus Totouskak, pluriel de totouswk ou totochak, « mamelles », allusion à deux collines rondes et sablonneuses situées du côté ouest du village, ce lieu a vu son nom susciter plusieurs interprétations. Jacques Cartier y vient en 1535, lors de son deuxième voyage, et constate que les Innus pêchent le loup marin.

Les incontournables :

Centre d’interprétation des mammifères marins
Créé en 1991 par le Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM), il est dédié à la recherche scientifique sur les baleines du Saint-Laurent. Ouvert au public de mai à octobre, le CIMM permet aux visiteurs de mieux comprendre les différentes espèces de mammifères marins évoluant dans le fleuve Saint-Laurent.

On y découvre une collection de squelettes uniques au Canada dont un cachalot de 13 m, des vidéos inédites, univers sonore, jeux et film exclusif. Les spécialistes sur place répondent aux questions des visiteurs. Les achats à la boutique contribuent aux projets de recherche sur les baleines.

La Biblio Plage
Créée en 2014 sous l’initiative de Dany Chartrand, la municipalité de Tadoussac a été l’hôtesse de la toute première Biblio-plage au Québec.  C’est un espace de lecture à même la plage, avec chaises, parasols et vue sur le fleuve Saint-Laurent. Tout à fait gratuite, la mission de la Biblio-plage est de stimuler le goût de la lecture et de valoriser la littérature, dont la littérature québécoise. La seule condition pour profiter de la Biblio-plage est que les livres doivent être lus sur place. Ouvert tous les mardis et vendredi de 13 h à 17 h, l’activité est gratuite.

Le Poste de Traite de Chauvin

Faites une incursion dans le monde de la traite des fourrures des débuts de la colonie. Le bâtiment pièce sur pièce, une réplique érigée en 1942 en se basant sur les plans originaux du premier bâtiment datant de 1600, abrite fourrures, canot d’écorce et autres objets témoins d’une époque révolue qui a vu naître le village de Tadoussac, il y a de cela 416 ans!

Événements

Deux événements d’intérêt sont également à l’affiche à Tadoussac en septembre : le Happening de peinture de Tadoussac du 9 au 11 septembre et le Festival des oiseaux migrateurs de la Côte-Nord du 17 au 19 septembre.
Sources:

Sources : la Municipalité de Tadoussac , Facebook, la biblio plage de Tadoussac, le CIMM, Commission de toponymie du Québec

Partager cet article