Centre de bénévolat Manicouagan : des « choses incompréhensibles »

Par Steeve Paradis 12:00 AM - 27 septembre 2016
Temps de lecture :

Baie-Comeau – Comme à peu près tous les intervenants au dossier, la direction du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord se gratte la tête pour tenter de comprendre la cause du déficit qui a entraîné la fermeture du Centre de bénévolat Manicouagan (CBM) et la perte de six emplois.

« Dans les livres (comptables), il y a plein de choses incompréhensibles. On ne comprend pas et probablement qu’eux (les membres du CA du CBM) non plus », a confié Sandra Morin, adjointe au pdg au CISSS Côte-Nord. Dès qu’il a été mis au fait des problèmes financiers du centre de bénévolat, en juillet, le CISSS a délégué un auditeur indépendant, qui a révélé l’ampleur des dégâts.

« Quand on a constaté vendredi dernier qu’il risquait d’y avoir une rupture de services par manque de fonds, on a demandé les listes de bénévoles et de clients pour organiser les services. Notre priorité était que les gens (qui reçoivent des services) ne voient pas de différence lundi matin, enchaîne Mme Morin. On veut maintenir les personnes âgées à domicile et ça fait partie des services qu’on doit leur donner. »

Si jamais le CBM veut renaître de ses cendres, il devra présenter un plan de redressement « serré », a martelé la porte-parole. « De plus, on retient notre financement prévu pour le 3 octobre », a-t-elle ajouté. Cette part de financement était de 40 000 $.

Du déjà-vu

Parlant de « questions pour lesquelles on n’a pas eu de réponse », la patronne des communications au CISSS Côte-Nord refuse de spéculer sur les causes du déficit, mais souligne « qu’on a déjà vu ça », des organismes communautaires qui connaissent des difficultés de gestion.

« La réaction du CISSS a été, à mon avis, très adéquate », a commenté le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, de passage à Baie-Comeau vendredi pour l’inauguration des rénovations au pavillon Boisvert. Le ministre a refusé d’en dire plus, rappelant que les policiers enquêtaient sur cette affaire.

 

Partager cet article