La CSN tourne la page sur une année sombre

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 13 janvier 2017
Temps de lecture :
Le président du Conseil central Côte-Nord-CSN, GuillaumeTremblay, a rencontré les médias pour dresser son bilan 2016 et ses perspectives 2017. On l’aperçoit en compagnie du vice-président, Yvon Payeur. Photo Le Manic.

Le président du Conseil central Côte-Nord-CSN, GuillaumeTremblay, a rencontré les médias pour dresser son bilan 2016 et ses perspectives 2017. On l’aperçoit en compagnie du vice-président, Yvon Payeur. Photo Le Manic.

Baie-Comeau – Le Conseil central Côte-Nord-CSN dresse un bilan plutôt sombre de 2016, mais garde espoir que le soleil brillera davantage en 2017.

« Quand je regarde le bilan de ce gouvernement-là (Québec), j’ai beau essayer de trouver quelque chose de positif, je n’en vois pas », a souligné le président du conseil central, Guillaume Tremblay, jeudi matin, lors de sa traditionnelle conférence de presse de janvier destinée à dresser le bilan de la dernière année et les perspectives de celle qui commence.

La réforme du ministre Gaétan Barrette et ses compressions dans le réseau de la santé et des services sociaux ont continué de faire mal. C’est notamment le cas, a indiqué le président, dans les centres d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD), les centres jeunesse et avec le dossier Optilab qui entrainera la centralisation d’une bonne partie des analyses de laboratoire de la Côte-Nord dans un laboratoire serveur situé au Saguenay.

L’économie

« Quand je regarde la situation économique de la Côte-Nord, c’est pas rose ce qu’on vit. Toutes les MRC vivent une décroissance. On perd de la population », a ajouté le syndicaliste. Le nombre de maisons à vendre continue d’augmenter, mais il y a pire depuis 2016, selon lui. « Non seulement elles sont à vendre, mais elles sont vides. Les gens ont dû quitter car il n’y a pas d’emploi», a-t-il déploré.

La CSN considère que la perte de 2 500 emplois directs dans la Manicouagan en 10 ans, en bonne partie liée à Hydro-Québec, à l’aluminerie Alcoa et à la papetière de Produits forestiers Résolu, aurait dû inciter le gouvernement du Québec à prendre le relais à titre de plus gros employeur sur la Côte-Nord, mais non. Il a plutôt poursuivi ses efforts de rationalisation en ne remplaçant pas les postes libérés par des départs à la retraite, principalement.

Quelques aspects positifs ressortent tout de même de l’année 2016, comme le renouvellement des conventions collectives des employés du secteur public, dont la signature s’est faite en juillet, et les six nouvelles accréditations syndicales dans les rangs de la CSN.

Le président Tremblay voit aussi d’un bon œil la rencontre de la fin de 2016 entre des représentants de la CSN et de hauts dirigeants du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord, dont le président-directeur général Marc Fortin, afin de discuter des moyens à prendre pour améliorer les choses dans les CHSLD de la région dont la situation est jugée critique par les inspecteurs du ministère.

À surveiller

La CSN a l’intention de demeurer aux aguets avec le réinvestissement promis par le gouvernement du Québec après deux années et demie d’austérité. D’après Guillaume Tremblay, les libéraux se comportent d’ailleurs déjà comme s’ils étaient en début de campagne électorale, même si le scrutin n’est prévu qu’en 2018. Il en veut à ces annonces de réinvestissement, mais aussi aux consultations entreprises au cours des derniers mois.

« Deux ans plus tard, après avoir passé la gratte et avoir tout démoli, il (le gouvernement) consulte et est prêt à réinvestir. Ces investissements-là ne seront jamais à la hauteur de ce qu’ils ont coupé », prédit le président de la CSN sur la Côte-Nord.

Enfin, la lutte pour le salaire minimum à 15 $ de l’heure sera encore au feuilleton en 2017, tout comme la poursuite ou l’amorce de nombreuses négociations syndicales, notamment celles des agents de la paix en services correctionnels du Québec, des employés de la Société des alcools, des Centres de la petite enfance et de la Société de protection des forêts contre le feu.

Partager cet article